• Le violeur récidiviste qui avait brisé son bracelet électronique relaxé

    Le violeur récidiviste qui avait brisé son bracelet électronique relaxé

    Jean-Luc Moindrot avait fui son domicile de Nancy en juin dernier avant d'être interpellé, trois semaines plus tard, à la frontière espagnole.

    Briser un bracelet électronique alors qu'on n'est plus en détention mais simplement sous «surveillance judiciaire», n'est pas une évasion: la cour d'appel de Nancy a tranché en ce sens mercredi en relaxant un violeur multirécidiviste. Jean-Luc Moindrot, 48 ans, avait été condamné en première instance à 18 mois de prison pour avoir fui début juin son domicile de Nancy avant d'être interpellé trois semaines plus tard à la frontière espagnole. Mais lors de son deuxième procès, le 4 mars dernier, l'avocat général avait requis la relaxe. Car si le bracelet électronique peut permettre à certains détenus de bénéficier d'aménagements de peine, Jean-Luc Moindrot, lui, avait déjà purgé la sienne lorsqu'il s'est vu placer sous surveillance judiciaire, compte tenu de son caractère dangereux de violeur en série.

    Il voulait voir la mer

    Le quadragénaire avait en effet été condamné en 1991 à Orléans à 9 ans d'emprisonnement pour un viol, puis en 2001 à Auxerre à 20 ans de réclusion, dont 13 ans de sûreté, pour trois nouveaux viols. «Avec les réductions et les remises de peine, il arrivait en fin de peine le 3 décembre 2013», avait expliqué le procureur Thomas Pison en juin. Moindrot avait alors été placé sous surveillance judiciaire avec bracelet électronique pendant quarante-cinq mois, «soit exactement ce qu'il avait obtenu en réductions et remises lors de sa détention». La surveillance s'accompagnait d'injections pour contrôler sa libido, ainsi que d'un suivi socio-judiciaire et psychiatrique soutenu, «qu'il avait observé sans difficultés depuis décembre 2013», avait précisé le procureur. Jean-Luc Moindrot ne pouvait sortir de son domicile que quatre heures par jour, afin de trouver un emploi, qu'il venait d'ailleur de décrocher au moment de sa fuite.

    Le 12 juin 2014 au matin, il avait arraché son bracelet électronique avec une pince coupante avant de l'abandonner dans une rue proche de chez lui à Nancy et de prendre la fuite. Un avis de recherche avait été lancé et l'homme avait été aperçu à plusieurs endroits avant d'être finalement interpellé. Il avait expliqué s'être rendu dans le sud pour aller voir la mer, en passant les nuits dans sa voiture, et en survivant pendant ces trois semaines de cavale de ses maigres économies.

    Après son interpellation en juillet, Jean-Luc Moindrot a été de nouveau incarcéré, ses réductions de peine ayant été retirées par un juge d'application des peines.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :