• Les agriculteurs mobilisés dans le Sud-Ouest

    Les agriculteurs mobilisés dans le Sud-Ouest

    Le Monde.fr avec AFP | <time datetime="2015-07-25T13:36:22+02:00" itemprop="datePublished">25.07.2015 à 13h36</time>

    <figure class="illustration_haut " style="width: 534px">

     

    Des tracts ont également été distribués pour dénoncer des prix du lait et de la viande de bœuf et de porc jugés trop bas par les éleveurs. </figure>

    Les actions des éleveurs protestant contre les prix de la viande et du lait continuaient samedi 25 juillet dans le sud-ouest de la France.

    Dans l’Ariège, plusieurs dizaines d’agriculteurs ont enflammé des balles de paille et des pneus sur un rond-point à l’entrée de Pamiers, à proximité de deux supermarchés Leclerc et Intermarché. Une vingtaine de tracteurs ont établi des barrages filtrants dans la matinée tandis que du fumier était déversé devant les magasins. « Cela ralentit mais ça ne bloque pas. C’est une action symbolique » , a déclaré Rémi Toulis, secrétaire général de la FDSEA du département. Aucun incident n’avait été signalé. Des tracts ont également été distribués pour dénoncer des prix du lait et de la viande de bœuf et de porc jugés trop bas par les éleveurs.

    Dans le Lot, d’autres agriculteurs ont imposé des péages gratuits à Gignac et Cahors-Sud, sur l’autoroute A20 avant une action prévue devant des grandes surfaces à l’extérieur de Cahors. Une trentaine de tracteurs ont ralenti la circulation sur une quinzaine de kilomètres d’autoroute entre Souillac et Gignac tandis qu’une centaine d’agriculteurs ont ouvert gratuitement le péage de Gignac, a déclaré Alain Arcoutel, membre du bureau de la FDSEA du Lot.

    « On veut voir qui joue le jeu »

    Des tracts appelant notamment à « manger français » et au respect des nouveaux engagements pris cette semaine en faveur des éleveurs ont été distribués. Enfin, à la sortie Cahors-Sud de l’A20, la gratuité du péage a été imposée par une quinzaine de tracteurs et véhicules et une cinquantaine de manifestants, a déclaré Gilles Resseguier, secrétaire général adjoint de la FDSEA du Lot. Des tracts et des melons du Quercy ont été distribués aux automobilistes.

    Parallèlement, une opération escargot d’une quinzaine de tracteurs était en cours sur une trentaine de kilomètres d’autoroute en direction de Cahors-Sud, où le convoi devait rejoindre les manifestants du péage, a-t-il ajouté. Les agriculteurs en colère devaient se diriger en fin de matinée vers cinq magasins de grande et moyenne surfaces, Leader Price , Liddle, Intermarché et Leclerc, à l’extérieur de Cahors, a déclaré le responsable syndical. « On va demander les factures d’approvisionnement des cinq dernières semaines pour vérifier si les accords de juin ont été respectés ou pas », a-t-il averti, les producteurs accusant des industriels et des distributeurs de ne pas les appliquer. « On veut voir qui joue le jeu ou pas », a-t-il ajouté.

    Les Français soutiennent les éleveurs

    Près de neuf Français sur dix (88 %) « approuvent » le mouvement de contestation des éleveurs français, mobilisés pendant plusieurs jours pour protester contre la faiblesse des prix de la viande et du lait, selon un sondage BVA-Orange-i-Télé publié vendredi. Cinquante-deux pour cent des sondés « approuvent tout à fait » le mouvement, et 36 % l’« approuvent plutôt ». A l’inverse, 8 % disent ne « plutôt pas » approuver la contestation, et 3 % « pas du tout ».

    La proportion de personnes interrogées ayant une bonne opinion des éleveurs français s’élève pour sa part à 89 % : elle est plus forte pour celles habitant dans une commune rurale (95 %) et s’affiche à 84 % chez les cadres. Elle est également plus forte chez les femmes (92 %) que chez les hommes (86 %).

    Quatre-vingt-un pour cent des personnes interrogées se déclarent également « prêtes à faire un effort financier » pour privilégier le lait et la viande français, contre 18 % qui répondent par la négative.
    Les sondés ne font cependant « pas confiance » (à 78 %) au gouvernement français pour améliorer la situation des éleveurs. L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 007 Français « recrutés par téléphone puis interrogés par Internet » les 23 et 24 juillet.


     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :