• Les Dracs invités en 2e semaine

    Perpignan

       Les Dracs invités en 2e semaine

     Drapeaux au vent, les Dracs surent donner de la voix et rendirent aphones la centaine d\'Anglais. Quel beau final à Brutus !

    Drapeaux au vent, les Dracs surent donner de la voix et rendirent aphones la centaine d'Anglais. Quel beau final à Brutus !  © Photos Th. Grillet

    Surprise. Dragons - Hull KR, l'affiche de l'ouverture des play-off n'avait pas fait le plein à Gilbert-Brutuis. A cela au moins deux bonnes raisons. L'absence d'un millier de nordistes anglais qui s'était beaucoup investi, ici même, il y a quinze jours et qui n'avait pas programmé un retour précipité en Catalogne en est une. Les phases finales sont ensuite une valeur ajoutée même pour l'abonné dans le budget du supporter, obligé de regarder à deux fois. Une croix dans la case dommage car le spectacle fut de grande qualité ! On n'avait pas vu pareil final à Brutus depuis l'entrée des Dragons, il y a déjà six saisons, en Super League.

    Les Dracs sont chez eux

    Les absents ont donc eu tort. Ceux qui sont arrivés en retard itou. Le premier essai de Damien Blanch sur un contre de 80 mètres à l'attaque de la 2e minute de jeu fit une première fois lever le stade qui chavira ensuite de bonheur sur deux coups de casque de son chouchou, Steve Menzies.

    Les 8 5 000 Dracs étaient chez eux. Les Anglais étaient, cette fois, aphones. La marée blanche déferlait par vagues successives et donnait le tournis même aux plus assidus des supporters catalans qui avaient beau se frotter les yeux, ne rêvaient pas et voyaient défiler le compteur inexorablement : 4-0, puis 8-0, 12-0, 16-0, 20-0 et enfin un 22-0 à la mi-temps. Qui l'eût cru ? Malaise chez les Anglais et pour l'arbitre James Child
    James Child, l'arbitre blanc comme un linge, victime d'un malaise ne supporta pas plus les vagues blanches et dut filer à l'anglaise se reposer. Du jamais vu à Brutus ! Décidément, ce Dragons-Hull restera à jamais à graver dans les mémoires catalanes. L'affaire a été vite pliée. Les Catalans chaussaient trop grand et n'avaient plus qu'à gérer et à maîtriser. Thomas Bosc pour son retour à Brutus était aux anges. Lui comme ses potes reçurent au final une mémorable standing ovation. L'aventure continue. Ce 56-6 va marquer les esprits. Quel match mes aïeux, quel pied !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :