• Les indépendantistes écossais pour la première fois en tête d'un sondage

    <article class="article article_normal" itemscope="" itemtype="http://schema.org/NewsArticle" style="box-sizing: border-box; margin-bottom: 13px; color: rgb(22, 33, 44); font-family: arial, freeSans, sans-serif; font-size: 13px; line-height: 18.2000007629395px; background-color: rgb(255, 255, 255);">

    Les indépendantistes écossais pour la première fois

    en tête d'un sondage

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters | <time datetime="2014-09-07T02:51:55+02:00" itemprop="datePublished">07.09.2014 à 02h51</time> • Mis à jour le <time datetime="2014-09-07T08:22:13+02:00" itemprop="dateModified">07.09.2014 à 08h22    </time>lien 

     
    <figure>A près de 10 jours du référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, le oui progresse.</figure>

    Pour la première fois, les partisans de l'indépendance de l'Ecosse arrivent en tête d'un sondage d'opinion à onze jours du réferundum sur ce sujet. Selon sesrésultats publiés dimanche 7 septembre par le Sunday Times, le camp du « oui » remporte 51 % d'opinions favorables contre 49 % pour les partisans d'un maintien du pays au sein du Royaume Uni.

    Lire aussi en édition abonnés : En Ecosse, le camp du non gagné par le doute

    Bien que l'écart de deux points s'inscrive dans la marge d'erreur reconnue par ce sondage YouGov/SundayTimes, les résultats accroissent d'une manière spectaculaire le suspense avant le scrutin du 18 septembre. Le parti national du premier ministre Alex Salmond semble désormais avoir de sérieuses chances de l'emporter.

    Les unionistes de « Better Together », partisans d'un maintien de l'Ecosse au sein du Royaume Uni, ont été largement en tête des sondages pendant des mois, mais l'écart avec les indépendantistes s'est considérablement réduit dans les récents sondages ces derniers jours. Selon Alistair Darling, directeur de la campagne « Better Together », le dernier sondage montre que le référendum« va être très serré ».

     

    Lire aussi en édition abonnés : Deux visages de l'Ecosse s'affrontent à la télévision

    Les indépendantistes prennent l'avantage alors qu'ils accusaient un retard de 22 points sur les unionistes, les opposants à la séparation d'avec le Royaume-Uni, il y a encore un mois. YouGov a suite indiqué sur son site que les résultats ne tenaient pas compte des sondés sans opinion et de ceux qui disent ne pas avoirl'intention d'aller voter. En incluant ces deux groupes, les indépendantistes sont à 47 % et les unionistes à 45 %, précise l'institut. Mardi, un autre sondage YouGov pour le journal The Times avait montré un net rétrécissement de l'écart avec 47 % des personnes interrogées prêtes à voter en faveur de l'indépendance et 53 % contre.

    Le Sunday Times rapporte que la reine Elizabeth II s'intéresse « de très près »au référendum et a demandé qu'on la tienne au courant quotidiennement. Les grands partis britanniques, dont le parti conservateur du premier ministre David Cameron, doivent désormais révéler un plan transférant des pouvoirs à l'Ecosse.

    NÉGOCIATIONS EN CAS DE VICTOIRE DU NON

    Si les électeurs choisissent l'indépendance le 18 septembre, des négociations seront menées avec le gouvernement britannique au sujet de la monnaie, de la dette, du pétrole de la mer du Nord et de l'avenir de la base nucléaire sous-marine britannique en Ecosse. L'indépendance serait alors prononcée le 24 mars 2016.

    Les nationalistes accusent le gouvernement britannique de gaspiller les richesses de leur terre. Ils affirment que l'Ecosse serait l'un des pays les plus riches du monde si elle prenait le contrôle de son destin. Les unionistes craignent que l'indépendance ne soit s'accompagne d'une période d'incertitude économique et politique.

    Cette semaine, l'ancien premier ministre Gordon Brown, qui est écossais, a promis plus de pouvoir à Edimbourg dans les domaines économique, social et fiscal si les Écossais votent contre l'indépendance. Selon le journal l'Observer àparaître dimanche, le gouvernement britannique a l'intention de faire de nouvelles offres concrètes dans les tout prochains jours pour permettre aux Écossais d'envisager une solution fédérale.

     
    </article>

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :