• Les promoteurs du logiciel libre demandent "des actes" à Eric Besson

    Les promoteurs du logiciel libre demandent "des actes" à Eric Besson

    LEMONDE.FR | 22.09.11 | 19h4

    Eric Besson, ministre chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique.

    Eric Besson, ministre chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique.AFP/ERIC FEFERBERG

    "Le logiciel libre a contribué de manière décisive à la révolution du numérique. (...) Je souhaite que l'open source au service du citoyen et de la compétitivité des entreprises soit un axe fort de notre future stratégie France numérique 2020." Lors de l'ouverture de l'Open world forum, un important salon consacré au logiciel libre et aux données publiques, ce jeudi à Paris, le ministre de l'industrie Eric Besson ne tarissait pas d'éloges pour ces logiciels dont le code informatique est librement accessible et modifiable.

    Connus du grand public grâce à Firefox, LibreOffice ou le système d'exploitation GNU/Linux, les logiciels libres fonctionnent sur le principe de la transparence, partant de l'idée que si un logiciel est librement modifiable et distribuable, il n'en sera que meilleur car tout utilisateur peut l'améliorer. A l'inverse, les logiciels dits "propriétaires", comme Windows, ne permettent pas aux utilisateurs de lire leur code source.

    Mais pour l'April, la principale association française de promotion du logiciel libre, le gouvernement n'affiche qu'un soutien de façade. "Officiellement, le gouvernement n'est pas contre le logiciel libre. Il l'est juste dans les faits", ironise Frédéric Couchet, le délégué général de l'association. Dans un communiqué publié ce jeudi, l'April demande à Eric Besson des actes pour lutter contre "la vente liée des logiciels et de l'ordinateur". Avec des associations de consommateurs, les promoteurs du logiciel libre contestent le fait que les magasins d'informatique et la grande distribution vendent des ordinateurs pré-équipés du logiciel Windows de Microsoft, sans proposer à leurs clients d'acheter le même ordinateur "nu", sans Windows.

    DISTORSION DE CONCURRENCE

    Pourtant, le plan France numérique 2012, présenté en 2008, prévoyait de "promouvoir un affichage séparé du prix des logiciels et systèmes d'exploitation pré-installés", mais aussi une expérimentation sur la vente découplée. La même année, lors du lancement du tout premier Open World Forum, un certain... Eric Besson expliquait d'ailleurs que "lors de l'acquisition d'un ordinateur, la part relative du matériel et du logiciel devrait pouvoir être affichée dans le prix. A terme, je souhaite expérimenter la vente découplée."

    Pour Frédéric Couchet, l'Assemblée nationale accueillerait pourtant favorablement un texte imposant l'optionnalité, c'est-à-dire le fait de proposer des logiciels "en option", comme pour l'achat d'une voiture. "Le contexte a évolué. Des consommateurs ont remporté des procès, et des députés s'intéressent de près à cette question. Tout ce qui manque aujourd'hui, c'est le courage politique pour 'pousser' un amendement en ce sens", estime-t-il.

    Plus généralement, le ministre de l'industrie et de l'économie numérique jugeait, jeudi matin, qu'opposer logiciel libre et logiciel propriétaire n'a pas de sens.   "J'entends souvent que le logiciel libre est l'ennemi du logiciel propriétaire car il est porteur d'une autre vision du monde, expliquait le ministre. Je ne partage pas cette image guerrière. Il me semble au contraire qu'il y a une complémentarité et une concurrence entre les logiciels libres et les logiciels propriétaires. Tous les deux apportent des avantages différents à leurs utilisateurs." Une concurrence encore aujourd'hui faussée, juge l'April.   

    Damien Leloup


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :