• Ligue des champions : Le PSG réussit l?exploit contre Chelsea

    <article class="article article_normal" itemscope="" itemtype="http://schema.org/NewsArticle">

    Ligue des champions : Le PSG réussit l’exploit

    contre Chelsea

    Le Monde.fr | <time datetime="2015-03-11T23:27:56+01:00" itemprop="datePublished">11.03.2015 à 23h27</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-03-11T23:44:08+01:00" itemprop="dateModified">11.03.2015 à 23h44</time> | Par

    Thiago Silva a offert la qualification au PSG face à Chelsea, le 11 mars.

    Contrairement à la saison dernière, la route du Paris-Saint-Germain en Ligue des champions ne s’est pas arrêtée sur la pelouse de Stamford Bridge, l’antre de Chelsea. Condamné à inscrire au moins un but à Londres après son nul (1-1) concédé lors du match aller, le 17 février au Parc des princes, le club de la capitale a réalisé l’exploit en arrachant le nul (2-2) contre les Blues, mercredi 11 mars, lors des 8es de finale retour de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Eliminé par les protégés de José Mourinho en quarts de finale (3-1/ 0-2), en avril 2014, et au même stade de l’épreuve par le FC Barcelone (2-2/ 1-1) en 2013, le PSG est donc parvenu à se hisser à nouveau dans le top 8 continental. C’est une performance notable pour Qatar Sports Investments, propriétaire du club depuis 2011, et désireux de remporter la Ligue des champions à l’horizon 2018.

    Le public de Stamford Bridge a offert aux joueurs de Laurent Blanc une acoustique hostile, recouvrant de ses chants les « on est chez nous » entonnés par les supporteurs parisiens. Il s’est levé pour chanter au son de « The Liquidator », le tube reggae de Harry J Allstars, devenu l’hymne des « Blues ». Dès la première minute de la partie, l’attaquant du PSG Edinson Cavani voyait se frappe contrée in extremis par le capitaine des Blues John Terry, inamovible capitaine de Chelsea, qui honorait ce soir-là son 659e match avec sa formation. L’ailier belge Eden Hazard donnait ensuite des sueurs froides à l’arrière garde parisienne. A chaque débordement, l’ex-lillois dribblaient les défenseurs adverses tels des plots.

    Ford vous offre la possibilité de repartir avec le Nouveau Ford Ecosport une fois votre essai effectué.

    Les subtiles déviations des Blues désarçonnaient les « visiteurs », contraints à multiplier les fautes pour ralentir le jeu des « locaux ». Absent à Stamford Bridge la saison dernière en raison d’une blessure à la cuisse, le Suédois Zlatan Ibrahimovic commettait l’irréparable à la 31e minute de jeu. Se retournant soudainement, le buteur du PSG exécutait un tacle tardif pour monopoliser le ballon au Brésilien Oscar. Sa semelle faisait alors chuter son adversaire, provoquant la fureur de l’entraîneur des Blues José Mourinho. L’arbitre hollandais Björn Kuipers n’hésitait pas un seul instant et sortait le carton rouge, renvoyant l’expérimenté scandinave au vestiaire.

    L’EXPULSION DE ZLATAN IBRAHIMOVIC

    Véritable tournant de la rencontre, l’expulsion de « Zlatan » fragilisait le PSG, en infériorité numérique et désormais inapte à franchir la ligne médiane. A la 41e minute, un tir d’Oscar obligeait le gardien parisien Salvatore Sirigu à s’employer. Quelques instants plus tard, le buteur des Blues Diego Costa semait la panique dans la défense adverse. Déstabilisé à plusieurs reprises, l’international espagnol chutait dans la surface parisienne mais l’arbitre ne désignait guère le point de penalty. Sur son banc, José Mourinho riait jaune. Les deux équipes regagnaient le vestiaire sur un score nul et vierge.

    En début de seconde période, Salvatore Sirigu plongeait pour dévier un coup franc excentré et piégeux du Brésilien Willian, qui avait remplacé son compatriote Oscar à la pause. Contre le cours du scénario du match, Edinson Cavani gâchait alors une occasion en or pour son équipe. Bien lancé dans le dos de la défense des « Blues », l’Uruguayen éliminait le gardien belge Thibaut Courtois mais sa frappe heurtait le poteau des Londoniens. Le long du terrain, l’entraîneur parisien Laurent Blanc trépignait sur place. Estomaqués, les joueurs du PSG manifestaient leur exaspération devant cet excès de maladresse.

    Paradoxalement, le PSG semblait rasséréné par cette occasion manquée. Opérant par contre-attaques, les Parisiens s’infiltraient de plus en plus dans la surface adverse. A la 70e minute, L’Argentin Javier Pastore décochait une frappe croisée qui obligeait Thibaut Courtois à se coucher. Dans cette partie d’échecs, la tension était à son comble et Diego Costa n’écopait que d’un carton jaune pour un tacle par derrière sur le capitaine parisien Thiago Silva.

    A la 80e minute, le Brésilien Ramires croyait ouvrir le score pour Chelsea mais la frappe du Brésilien était détournée par Salvatore Sirigu. Sur le corner qui suivait, le défenseur de Chelsea Gary Cahill faisait chavirer Stamford Bridge. A l’affût dans la surface parisienne, l’international anglais fusillait le gardien adverse d’une frappe en force. Le PSG se lançait alors à l’abordage. Ezequiel Lavezzi inquiétait d’abord de la tête (83e) Thibaut Courtois. Puis sur un corner, l’ex-« Blue » David Luiz s’élevait pour arracher l’égalisation (76e). Sa tête surpuissante se logeait sous la barre de Thibaut Courtois, provoquant la stupeur dans les travées de Stamford Bridge.

    D’INTENSES PROLONGATIONS

    Le banc parisien explosait de joie alors que d’éreintantes prolongations se profilaient. Le match s’électrisait et Willian était tout proche de donner la victoire à ses coéquipiers dans les arrêts de jeu. Mais sa frappe était contrée de justesse par la défense parisienne. L’arbitre usait de son sifflet pour signifier les prolongations. Laurent Blanc profitait de la courte pause réglementaire pour donner ses consignes. De son côté, José Mourinho lançait dans l’arène le vétéran ivoirien Didier Drogba, qui fêtait ce soir-là ses 37 ans.

    Dès l’entame des prolongations, Thiago Silva concédait un penalty en touchant le ballon de la main dans sa surface lors d’un duel. Le Belge Eden Hazard transformait la sentence (96e), soulageant les supporteurs des Blues. Les Parisiens repartaient à l’assaut et David Luiz obligeait Thibaut Courtois à réaliser une claquette sur un habile coup franc tiré à 35 mètres. Sur le terrain, la tension montait d’un cran et chaque action donnait lieu à des frictions.

    La seconde période des prolongations s’ouvrait sur une frappe dévissée de Diego Costa aux abords de la surface parisienne. De la tête Thiago Silva contraignait Thibaut Courtois à se coucher. Le Brésilien s’élevait à nouveau (114e) pour tromper le gardien de Chelsea. Le staff du PSG était au bord de l’hystérie. Sur la pelouse, les joueurs parisiens bataillaient pour conserver le score en état, envoyant la balle au loin. Déconfit, José Mourinho attendait le coup de sifflet final tandis que les supporteurs des « Blues » quittaient timidement Stamford Bridge. A dix contre onze, le PSG tenait son avantage jusqu’au terme des prolongations. Ce résultat nul (2-2) lui ouvrait les portes des quarts de finale. Les joueurs pouvaient communier avec leurs fans, euphoriques dans la nuit londonienne.

    </article>

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :