• Limoges : une prof suspendue 15 jours pour apologie d'Adolf Hitler

     

    <section class="grid-420 fleft" id="content-list-top-left"></section> <section class="grid-200 fleft" id="content-list-top-right"></section> <section class="grid-200 fleft" id="content-list-left">

    Limoges : une prof suspendue 15 jours pour apologie d'Adolf Hitler

    avec
    le 22 avril 2015 à 15h11 , mis à jour le 22 avril 2015 à 15h20.
    <section id="articleFigure166889"> <article class="teaser sz14">
    <figure class="figure underline"> TF1/LCI Bac Baccalauréat examen philosophie lycéens <figcaption class="degrade-une"></figcaption></figure>
    </article> </section>
    <aside class="sz12 tag c1 aside166896 ombre1">

     

    </aside> </section> Notre sociétéUn enseignante d'allemand d'un lycée de Limoges a été suspendue 15 jours pour avoir fait l'apologie d'Adolf Hitler et du IIIe Reich. Des élèves l'ont signalé à deux associations de parents d'élèves.

    Une enseignante, professeur d'allemand au lycée Auguste Renoir à Limoges, a été suspendue pour une durée de quinze jours, pour avoir fait l'apologie d'Adolf Hitler et du IIIe Reich devant des élèves de première, des faits que conteste l'enseignante.

    La suspension, sans traitement, de l'enseignante a été décidée à l'issue d'un conseil de discipline qui s'est tenu mardi matin au rectorat de Limoges, a indiqué Maurice Sourdioux, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) de la Haute-Vienne. Il s'agit d'une sanction de seconde catégorie sur les quatre que prévoit l'Education nationale.

    Que des "chars allemands viennent à Renoir" pour mater les élèves indisciplinés"


    Le Rectorat n'a pas confirmé la sanction prise à l'encontre de l'enseignante et s'est refusé à tout commentaire. Selon Maurice Sourdioux, l'enseignante dément avoir tenu de tels propos et a déposé une main courante à la police pour dénonciation mensongère. Elle peut désormais faire appel de la sanction, une contestation qui peut aller jusqu'au tribunal administratif.

    L'avocat de l'enseignante, Me Emmanuel Raynal, n'a pas donné suite. Les faits ont été révélés par des élèves et les poursuites déclenchées à la suite d'un co-signalement par lettre, en décembre, de la part de deux associations de parents d'élèves, la FCPE et l'Association autonome des parents d'élèves (AAPE). Selon le quotidien Le Populaire du Centre, qui a révélé l'information, l'enseignante aurait, "selon 17 élèves de première, tenu des propos valorisant Hitler, le IIIe Reich et souhaité que des "chars allemands viennent à Renoir" pour mater les élèves indisciplinés".

    "D'après mon expérience, je peux dire que ce genre de procédure est rarissime dans l'Education nationale, je n'en ai d'ailleurs jamais vu auparavant", a expliqué Maurice Sourdioux. Ce dernier a indiqué que l'enseignante était arrivée dans l'établissement en septembre. "Elle a été changée d'établissement plusieurs fois", a-t-il précisé.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :