• <nav class="planete" id="nav_ariane">
     
    </nav>
    <article class="article article_normal" itemscope="" itemtype="http://schema.org/NewsArticle">

    Le Zimbabwe demande l’extradition

    du chasseur américain

    qui a tué le lion Cecil

    Le Monde.fr avec AFP | <time datetime="2015-07-31T12:26:34+02:00" itemprop="datePublished">31.07.2015 à 12h26</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-07-31T15:03:44+02:00" itemprop="dateModified">31.07.2015 à 15h03</time>

    <figure class="illustration_haut " style="width: 534px">

     

    Le Zimbabwe souhaite que le chasseur américain puisse être jugé dans le pays pour les infractions qu’il a commises. </figure>

    Après la chasse au lion, la chasse à l’homme. Le ministre de l’environnement du Zimbabwe a demandé vendredi 31 juillet l’extradition du dentiste américain qui a tué le lion Cecil, spécimen protégé et attraction vedette de la grande réserve animalière de Hwange, non loin des célèbres chutes Victoria.

    Regrettant que le chasseur du Minnesota n’ait pas pu être déjà appréhendé car « il s’était déjà évaporé pours son pays d’origine » quand le scandale a éclaté, le ministre, Oppah Muchinguri, a demandé son extradition au Zimbabwe « pour qu’il puisse être jugé pour les infractions qu’il a commises ».

    Poursuite contre l’opérateur de safari

    Walter Palmer avait admis, mardi, dans un communiqué, avoir chassé le célèbre lion, mais plaidait sa bonne foi, réfutant toute accusation de braconnage et rejetant la responsabilité sur ses guides locaux :

    « Je regrette profondément que la poursuite d’une activité que j’aime et que je pratique de manière responsable ait conduit à la mort de ce lion. »

    Le tribunal de Hwange, compétent pour juger l’affaire, a engagé des poursuites contre l’opérateur de safari de grande chasse Theo Bronkhorst, qui était auparavant connu pour son professionnalisme.

    M. Bronkhorst a été inculpé pour ne « pas avoir empêché une chasse illégale » et remis en liberté surveillée avant le début du procès le 5 août. Quant au propriétaire de la ferme où Cecil a été chassé, Honest Ndlovu, il devrait probablement être inculpé la semaine prochaine.

    Lynchage numérique

    Les excuses de Walter Palmer sont loin d’avoir suffi à éteindre l’incendie sur Internet, où le dentiste, dès son nom connu, est devenu l’homme le plus détesté des internautes, donnant lieu à un véritable lynchage numérique.

    Amateur de chasse à l’arc, il aurait payé au moins 50 000 dollars pour chasser ce lion mâle de 13 ans, sans savoir, assure-t-il, qu’il s’agissait d’un animal protégé équipé d’un collier émetteur par des chercheurs de l’université d’Oxford.

    Environ 50 000 touristes, pour moitié étrangers, ont visité la réserve animalière de Hwange l’an dernier, dont la partie nord-est située à proximité des célèbres chutes Victoria. Cecil était l’une des attractions préférées des visiteurs.

    </article>

    votre commentaire
  • <article> <header>

    Guignols : après le passage en crypté,

    Bolloré fait le ménage chez les auteurs

    L' Obs <time>Publié le 25-07-2015 à 15h30</time>

    Lionel Dutemple, Julien Hervé, Philippe Mechelen et Benjamin Morgaine auraient fait les frais du grand nettoyage décrété par la nouvelle direction de la chaîne, selon des informations du "Parisien".

    </header>
    Les auteurs Lionel Dutemple et Julien Hervé dans les studios de Canal + en 2009. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
    Les auteurs Lionel Dutemple et Julien Hervé dans les studios de Canal + en 2009. (STEPHANE
    DE SAKUTIN / AFP)
    <aside class="top-outils"></aside> <aside class="inside-art"><section class="social-buttons js-share-tools"></section></aside>
    </article>

    <aside class="inside-art"><section class="obs-article-brelated">

    À lire aussi

    </section></aside>

    Non, Vincent Bolloré n'a pas signé l'arrêt de mort des "Guignols" comme on l'a cru l'espace de quelques jours. Mais ce qui est certain, c'est que l'émission culte va a minima connaître de profondes transformations. Les Guignols de l'info, qui ne seront plus diffusés en clair à la rentrée, devraient de surcroît renaître sous d'autres plumes. Les quatre auteurs principaux de l'émission (qui en compte sept) auraient été remerciés par Canal+, selon les informations du "Parisien".

    Ils sont virés. Tous les quatre. Lionel Dutemple, Julien Hervé, Philippe Mechelen et Benjamin Morgaine, les quatre plumes des marionnettes depuis, respectivement, seize ans pour les deux premiers, sept ans pour le troisième et trois ans pour le dernier", écrit le quotidien ce samedi.

    Les quatre intéressés ne répondent pas au téléphone. Contacté par l'AFP, le groupe Vivendi, maison mère de Canal+, a répondu qu'il ne faisait "pas de commentaire". Selon une source proche, la direction du groupe est "en train de passer en revue l'organisation de Canal+ et de rencontrer tout le monde, dont les auteurs. Les concernant, il n'y a pas de décision prise. Les choses évoluent tous les jours." 

    <aside class="lire"><header>Lire</header>Pourquoi le passage des Guignols en crypté est un vrai tournant </aside>

    Mais France Info a depuis eu confirmation de l'information. Certains auteurs, les "anciens" Lionel Dutemple et Julien Hervé en tête, n'auraient d'ailleurs pas attendu pour faire connaître leurs velléités de départ. "Ils ne sont pas morts à la kalachnikov", précise une source interne à France Info, qui parle plutôt d'un "départ précipité".

    Le recrutement des nouvelles plumes est en cours, précise la station. Des jeunes auteurs, si possible d'horizons différents sont recherchés : le but, dépoussiérer dans les grandes largeurs et déringardiser ces Guignols vieux de presque trois décennies. "L'émission reste en format quotidien et conserve intacts ses 17 millions d'euros de budget", rassurait Maxime Saada, nouveau directeur général de la chaîne. Pourtant le salaire des auteurs historiques de l'émission était aussi dans le collimateur : jusqu'à 35.000 euros brut par mois pour certains, affirme "Le Parisien".

    Personne n'est à l'abri

    Vincent Bolloré, avait promis début juillet de maintenir les marionnettes à l'antenne, après le tollé suscité par des rumeurs sur leur possible disparition. Mais il avait remercié le numéro 2 de Canal+, le directeur général Rodolphe Belmer, un geste interprété comme une reprise en main de la chaîne cryptée, pour le remplacer par Maxime Saada.

    <aside class="lire"><header>Lire</header>Canal+ plongé dans un été meurtrier </aside>

    Pour faire bouger la chaîne, Vincent Bolloré s'est donné le temps d'un été. Alors évidemment, les têtes sautent à vitesse grand V. Outre Rodolphe Belmer, la liste des remerciés s'est allongée avec le directeur des antennes Thierry Langlois, la directrice de CanalSat Alice Holzman, le producteur historique du Grand Journal Renaud Le Van Kim et le patron des chaînes en clair (D8, D17 et iTélé) Ara Aprikian... Et il reste encore plus d'un mois avant le bouclage de la grille.

    T.V.


    votre commentaire
  • « Les Guignols » vont désormais

    être diffusés en crypté sur Canal+

    Le Monde | <time datetime="2015-07-22T19:36:36+02:00" itemprop="datePublished">22.07.2015 à 19h36</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-07-22T20:30:02+02:00" itemprop="dateModified">22.07.2015 à 20h30  lien </time>

     

    Comme Canal+ l’avait assuré au début du mois de juillet, « Les Guignols », dont la rumeur de la disparition avait suscité une vague de protestation, seront bien à l’antenne à la rentrée. Mais l’émission satirique ne sera plus diffusée en clair avant 20 heures, annonce le nouveau directeur général de la chaîne Maxime Saada au Figaro le 22 juillet : les marionnettes occuperont désormais une case cryptée, juste avant le prime time, vers 20 h 50.

    Lire aussi : « Guignols », « Grand journal », coûts : Bolloré secoue Canal+

    Toutefois, l’émission sera toujours diffusée en clair le dimanche ainsi que sur Dailymotion, après sa diffusion sur Canal+. « Nous développons leur exposition. Nous considérons que c’est une pépite qui contribue à l’attractivité de la chaîne », commente M. Saada. Les 17 millions d’euros de budget du programme sont maintenus.

    Une émission de deuxième partie de soirée pour De Caunes

    D’autres programmes passent du gratuit au payant, comme le magazine « L’effet papillon ». Antoine de Caunes, qui ne sera plus aux commandes du « Grand Journal », animera quant à lui une émission de seconde partie de soirée à partir du mois d’octobre, également diffusée en payant. Il sera entouré de Fred Testot et de l’équipe du Gorafi.

    Lire aussi : Bolloré impose de profonds changements au « Grand Journal » de Canal+

    Par ailleurs, c’est Ali Baddou va animer le programme dominical en clair « Le Supplément », en remplacement de Maïtena Biraben, qui prend les rênes du « Grand Journal ».

    Lire aussi : Vincent Bolloré parade chez Canal+


     

    votre commentaire
  • En Espagne, 10 000 euros pour un aéroport

    LE MONDE ECONOMIE | <time datetime="2015-07-17T18:05:44+02:00" itemprop="datePublished">17.07.2015 à 18h05</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-07-17T18:48:40+02:00" itemprop="dateModified">17.07.2015 à 18h48</time> | Par

    L'aéroport "international" de Ciudad Real : 450 millions d'euros d'investissement pour un flop, et une fermeture au bout de trois ans.

    Inauguré en 2008, l’aéroport de Ciudad Real, en Castille-La Manche, avait coûté la bagatelle de 450 millions d’euros. Après plusieurs tentatives de ventes, il a finalement trouvé un acquéreur lors de sa mise aux enchères, vendredi 17 juillet, pour le montant dérisoire de 10 000 euros.

    Pour ce prix, l’acquéreur – le véhicule d’investissement chinois Tzaneen international, inscrit au registre marchand en mars dernier avec un capital social de 4 000 euros – a acheté la piste d’atterrissage, les hangars, la tour de contrôle et une partie des terrains.

    Seul candidat au rachat de l’aéroport à avoir déposé les deux millions d’euros d’aval exigés, il a justifié la faiblesse de son offre par l’existence « d’une zone immobilière adjacente fragmentée », des « charges réelles » élevées, la « suspension des licences » pour opérer ou encore des « dépenses significatives inévitables » pour la maintenance des infrastructures.

    Symbole de la bulle immobilière

    Cependant, il a annoncé dans un communiqué son intention d’investir entre 60 et 100 millions d’euros prochainement pour acheter le terminal, le parking et les terrains manquants et remettre en fonctionnement l’aéroport afin d’en faire « la porte d’entrée en Europe » du transport de marchandises, en provenance notamment de Chine.

    Premier aéroport privé d’Espagne et symbole de la bulle immobilière des années 2000, l’aéroport de Ciudad Real a été déclaré en faillite en 2010. Il est en partie responsable du premier sauvetage bancaire du pays, celui de la Caja Castilla-La Mancha qui avait investi 300 millions d’euros dans cette infrastructure pharaonique destinée à devenir l’aéroport du sud de Madrid, pourtant éloignée de 200 km.

    Fin 2011, les derniers vols commerciaux décollaient de ses pistes, parmi les plus longues d’Europe. En avril 2012, les derniers vols privés aussi. En quatre ans, moins de 100 000 passagers ont emprunté les longues allées du Terminal de 28 000 m2 et d’une capacité de 5 millions de passagers.

    Décision le 15 septembre

    Depuis, il a servi ponctuellement à des tournages publicitaires ou cinématographiques, le temps de trouver un acquéreur prêt à débourser 100 millions d’euros, montant par la suite rabaissé à 80 millions, sans succès.

    Estimées à 40 millions d’euros, les infrastructures vendues aux enchères le 17 juillet seront-elles définitivement adjugées au groupe chinois ? Le tribunal a donné jusqu’au 15 septembre aux possibles acheteurs pour proposer des contre-offres.

    Mais celles-ci ne peuvent en aucun cas être inférieures à 70 % de la valeur estimée, soit 28 millions d’euros. Si aucune n’atteint ce montant, le mystérieux investisseur chinois pourra sceller la vente pour 10 000 euros.


     

    votre commentaire
  • La Chine saisit 100.000 tonnes de viande périmée

    Les autorités ont arrêté quatorze gangs impliqués dans la contrebande de viande surgelée, parfois vieille de quarante ans.

    «Une odeur insoutenable, […] j'ai presque vomi quand j'ai ouvert les portes». Les nausées de cet officiel venu constater la saisie de 800 tonnes de viande avariée dans un local de la province du Hunan en Chine sont compréhensibles. En pagaille, des pièces pourries de poulet, bœuf, porc, si vieilles que Mao Zedong lui-même aurait pu les tuer. Menée sur l'ensemble du pays par les services de lutte contre la contrebande, l'opération a permis de boucler un vaste réseau mi-juin. A la clé 100.000 tonnes de viande saisies, selon China Daily, pour une valeur de revente estimée à 3 milliards de yuan, soit 431.000 millions d'euros.

    Les stocks provenaient des régions frontalières avec le Vietnam, échappant ainsi aux contrôles, explique le gouvernement du Hunan. «C'est très dangereux parce que les gens peuvent contracter des maladies potentiellement mortelles s'ils mangent des produits contaminés par des bactéries et des virus tels que la grippe aviaire ou de fièvre aphteuse», rappelait Yang Bo, directeur adjoint du Bureau de la lutte contre la contrebande de l'Administration des douanes de Changsha. D'autant que la viande de contrebande est très souvent périmée, ajoutait-t-il en substance pour

    <article class="MediaCard MediaCard--mediaForward customisable-border" data-scribe="component:card" dir="ltr">

    </article>

    Some of the "vampire meat" is 30-40 years old. http://www.xwqnews.com/news/guonei/56447.html  It has reportedly been smuggled into China.

    «La viande a été décongelée à plusieurs reprises»

    Avares du moindre yuan, les trafiquants n'étaient par ailleurs pas regardant sur les conditions de transport. Exit les camions frigorifiques, toujours selon Yang Bo, la viande pouvait être transportée dans des camions traditionnels sur de très grandes distances - plus de 1000 kilomètres entre le Hunan et la frontière vietnamienne. «Du coup, la viande a souvent été décongelée à plusieurs reprises avant de finalement parvenir aux consommateurs», confie-t-il. Un non-respect de la chaine du froid qui représente «une menace particulièrement grave» précise ce responsable.

    D'après les médias d'Etat, les trafiquants faisaient transiter par Hong Kong et le Vietnam de la viande achetée «très bon marché» à l'étranger. Les contrebandiers embauchaient ensuite des résidents des zones frontalières pour déplacer les produits vers les villes frontalières chinoises, puis à Changsha. Stratégiquement située, la capitale de la province centrale du Hunan était devenue la plaque tournante du trafic. De là, les produits étaient ensuite transportés vers des sites à travers le pays. Le boom des ventes de produits agricoles sur les plates-formes Internet et les profits élevés ont encouragé la création d'une chaîne d'approvisionnement étendue, détaille China Daily.

    <article class="MediaCard MediaCard--mediaForward customisable-border" data-scribe="component:card" dir="ltr">

     
    </article>

    Another food scandal indicates the supply chain risks that companies + consumers face: http://bit.ly/1K9jjhB 

    La règlementation sanitaire comme son application étant considérées comme laxistes en Chine, des experts ont préconisé une surveillance accrue à l'échelle nationale et des contrôles renforcés dans les zones frontalières.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique