• Mistral russes : la non-livraison coûtera moins d?un milliard à Paris

    <header id="titre_article">

    Mistral russes : la non-livraison coûtera

    moins d’un milliard à Paris

    <time datetime="2015-08-26T12:41:19+02:00">Le 26/08 à 12:41, mis à jour à 12:57  lien </time>
    L'annulation de la livraison à la Russie des deux Mistral coûtera moins d'un milliard d'euros, a indiqué le porte-parole du gouvernement. - SIPA
    </header>

    • <figure itemid="/medias/2015/08/26/1147925_mistral-russes-la-non-livraison-coutera-moins-dun-milliard-a-paris-web-tete-021282454237_660x444p.jpg" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">  </figure>

    Le chiffre correspond à ce qu’avait annoncé François Hollande, qui avait parlé d’un remboursement inférieur à 1,2 milliard d’euros, montant du contrat initial.

    L’annulation de la livraison à la Russie des deux porte-hélicoptères Mistral coûtera moins d’un milliard d’euros à la France, a déclaré ce mercredi le porte-parole du gouvernement français, Stéphane Le Foll.

    Le conseil des ministres a examiné le projet de loi visant à ratifier l’accord passé entre Paris et Moscou, qui sera adopté par la représentation nationale en septembre.

    Le chiffre correspond à ce qu’avait annoncé François Hollande, qui avait parlé d’un remboursement inférieur à 1,2 milliard d’euros - le montant du contrat initial.

    La non-livraison des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) fabriqués à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a été décidée en raison de la situation en Ukraine, objet d’un bras de fer entre Kiev et Moscou sur fond de violents combats entre forces ukrainiennes et militants prorusses.

    En vertu de l’accord passé entre Paris et Moscou, la France n’aura pas de pénalités à verser mais remboursera les montants avancés par la Russie.

    François Hollande a assuré que la France, qui ne souhaite pas conserver ces navires dont elle possède déjà trois exemplaires, n’aurait aucun mal à trouver un nouvel acheteur.

    Une dizaine de pays, dont l’Egypte, serait intéressés par le rachat des deux bâtiments. En visite en Malaisie à partir de dimanche prochain, le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, devrait d'ailleurs discuter de la vente de l'un des deux porte-hélicoptères .

    Source AFP

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :