• Népal : le jour d'après

     

     

     

     

     

     

    <section class="grid-200 fleft" id="content-list-left"><section class="ombre1" id="sct175148"><article class="teaser sz14"><figure class="figure ">Le Népal ravagé par un violent séisme, déjà un terrible bilan</figure>

    Le Népal ravagé par un violent séisme, déjà un terrible bilan

    </article><article class="teaser sz14"><figure class="figure ">Recherche de survivants, aide humanitaire : courses contre la montre au Népal</figure>

    Recherche de survivants, aide humanitaire : courses contre la montre au Népal

    </article><article class="teaser sz14"><figure class="figure ">Népal : le Quai d'Orsay active sa cellule de crise pour les Français</figure>

    Népal : le Quai d'Orsay active sa cellule de crise pour les Français

    </article></section><aside class="sz12 tag c1 aside175148 ombre1">


     

    </aside></section>

     

     

     

     

    Asie

    Ravagé par le séisme de samedi, le pays, l'un des plus pauvres du monde, compte ses morts. Le dernier bilan, encore très provisoire, dépasse désormais les 2.000 morts tandis que les répliques se multiplient. L'aide internationale commence à arriver petit à petit.

     

     

    Des milliers de Népalais, sinistrés par le séisme de 7,9 qui a ravagé leur pays samedi en fin de matinée, ont passé leur première nuit dehors, notamment à Katmandou, la capitale. Ils ont souvent été réveillés par des répliques. En milieu de matinée dimanche, une nouvelle secousse a atteint 6,7 sur l'échelle de Richter, qui en compte 9.

    Le gouvernement, et la communauté internationale, doivent désormais faire face à une crise humanitaire majeure pour lequel le pays, l'un des plus pauvres du monde, n'est absolument pas préparé et qu'il ne pourra pas gérer seul.
    Un lourd bilan

    Il est sans cesse revu à la hausse. Dimanche matin, selon les derniers chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur, il dépassait les 2.000 morts, et au moins 4.700 blessés.

    Ce bilan devrait encore s'alourdir puisque les secouristes estiment que de nombreuses personnes se trouvent toujours sous les décombres, surtout à Katmandou, dont de nombreux bâtiments se sont effondrés comme des châteaux de carte. Les autorités craignent également de nombreuses victimes dans les zones rurales isolées proches de l'épicentre.

     

    Les secours débordés


    Les services de secours népalais, souvent faiblement équipés, ne sont pas dimensionnés pour gérer l'ampleur de la catastrophe. Les hôpitaux sont également remplis de blessés, souffrant de multiples fractures des membres et autres traumatismes. Pour ne rien arranger, de nombreuses routes et moyens de communication ont été coupés dans plusieurs régions du pays.

     

    Froid glacial pour les sinistrés de Katmandou

    Les autorités tentent de fournir des abris aux milliers d'habitants de la capitale qui ont passé la nuit dehors, dans un froid glacial et sous une pluie verglaçante. Le gouvernement a prévu d'installer des tentes et de transformer écoles et bâtiments publics en abris. L'électricité et l'eau courante sont coupées dans de nombreux secteurs.

    La communauté internationale se mobilise

    Le gouvernement népalais a officiellement demandé l'aide internationale. Les Etats-Unis ont d'ores et déjà annoncé l'envoi d'une équipe de secours et le déblocage d'une première enveloppe d'un million de dollars, selon l'agence américaine d'aide USAID. La Chine a également dépêché une équipe de 62 secouristes, en majorité des soldats, accompagnés de chiens et de matériel médical.

    A Paris, le Quai d'Orsay a indiqué que la France se mobilisait également avec le départ d'une équipe de la sécurité civile, avant l'envoi d'un avion chargé de matériel humanitaire dès que possible. Certaines ONG, comme le Groupe d'intervention et de secours 74, envoient déjà des équipes sur place dès ce dimanche.

     

    VIDEO. L'aide internationale s'organise 

     

    17 morts sur l'Everest, dont l'un des patrons de Google


    Le séisme a aussi provoqué des avalanches dans le massif de l'Everest, alors que la saison des ascensions bat son plein. L'une d'elles est arrivée jusqu'au camp de base. Le dernier bilan fait état d'au moins 17 morts, alpinistes étrangers et guide népalais. Parmi les victimes, Dan Fredinburg, l'un des patrons de Google.

    Des hélicoptères ont réussi à se poser sur place dimanche matin pour évacuer les survivants, parmi lesquels une soixantaine ont été blessés plus ou moins grièvement.

     

    5.000 appels à la cellule de crise du Quai d'Orsay

    Le patrimoine historique détruit



    Des dizaines de bâtiments se sont effondrés dans la vaillée de Katmandou, dont certains étaient des monuments historiques, comme des temples situés près de Durbar Square, la grande place touristique. C'est là que s'élevait la tour de Dharhara. Surmontée d'un minaret de bronze, cette tour blanche de 9 étages datait du XIXe siècle et était l'une des attractions touristiques de la capitale népalaise, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Une dizaine de corps ont été extraits des ruines.

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :