• «Outing» de Florian Philippot: «Closer» condamné pour «atteinte à la vie privée»

    SOCIETE Le magazine people a été condamné mercredi à 20.000 euros de dommages et intérêts...

    «Outing» de Florian Philippot: «Closer» condamné pour «atteinte à la vie privée»

    <figure class="oembed oembed-photo" data-src-format="photo" role="group">

    Florian Philippot, vice président du FN, le 29-11-2014.

    <figcaption>Florian Philippot, vice président du FN, le 29-11-2014. - APERCU/SIPA </figcaption> </figure>

    20 Minutes avec AFP

    Le magazine people Closer a été condamné mercredi à 20.000 euros de dommages et intérêts pour avoir porté «atteinte à la vie privée» du vice-président du Front national, Florian Philippot, en publiant des photos le montrant en compagnie d'un homme présenté comme son ami.

    Le juge des référés du Tribunal de grande instance de Paris a également condamné l'hebdomadaire à publier la décision en couverture du journal et à verser 3.500 euros à l'élu frontiste au titre des frais de justice.

    «Une surveillance préjudiciable»

    Dans son ordonnance, le magistrat souligne que «même si le magazine indique que Floriant Philippot est l'homme le plus invité des matinales radio et télé après la patronne du FN, il est constant que sa vie privée n'était nullement notoire et que le demandeur n'a jamais entendu la révéler publiquement».

    Le juge constate également que «l'étendue de la divulgation et l'importance du lectorat» de ce magazine à fort tirage sont de nature à «accroître le préjudice», compte tenu également «de la place très importante accordée au sujet» dans le journal avec «un haut de couverture et quatre pages intérieures».

    Il note enfin que Floriant Philippot et son ami «ont été photographiés avec un téléobjectif»: Ceci, explique le juge «démontre une surveillance préjudiciable de leurs activités de loisirs, alors qu'ils pouvaient se croire à l'abri des regards indiscrets étant partis à l'étranger», ce qui, dit-il «participe à un phénomène de harcèlement».

    «En conséquence, l'obligation de la société Mondadori Magazine France de verser la somme provisionnelle de 20.000 euros n'est pas sérieusement contestable en raison du préjudice moral subi par M. Philippot», conclu l'ordonnance.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :