Christian Bourquin (PS), sénateur des Pyrénées-Orientales et président de la Région Languedoc-Roussillon, a estimé, hier matin depuis Perpignan, dans une déclaration faite à l’Afp, « que la primaire ne devrait pas donner lieu à un second tour » et que « celui qui est arrivé en tête dimanche, en l’occurrence François Hollande, devrait être proclamé vainqueur (…). Dans une vraie primaire, comme aux Etats-Unis, on prend celui qui arrive en tête un point c’est tout (…) ».
Pour le second tour, puisqu’il faut faire avec, Christian Bourquin, fidèle à ses idées et à ses convictions, appelle à « voter pour François Hollande » et continue à en vouloir à la 1ère secrétaire du PS, Martine Aubry, même si il concède : « Si la primaire désigne Martine Aubry, je ferai campagne derrière elle. La question ne se pose pas ».
De par ailleurs, selon le journal L’Indépendant de Perpignan, Christian Bourquin n’a pas épargné le candidat Arnaud Montebourg : « Il a manipulé une série de sujets – cela ressemble un peu à ce que fait la famille Le Pen - mais il n’apporte pas de solutions (…). Montebourg, c’est Mélenchon. Et Mélenchon, on l’aura aux élections ! », aurait-il ajouté.