• Plus de 800 participants au 1er Sommet économique du Grand Sud

    07-11-2011                  lien

     

    Plus de 800 participants au 1er Sommet économique du Grand Sud

    Région

    Le centre de congrès de Toulouse a accueilli jeudi 3 novembre le premier Sommet économique du Grand Sud, organisé par France Economie Régions. Décideurs économiques et politiques, économistes et journalistes ont assisté à trois tables rondes réunissant des représentants des trois régions.

     

    Le centre de congrès de Toulouse a accueilli ce jeudi 3 novembre le premier Sommet économique du Grand Sud, organisé par France Economie Régions.

     

    Décideurs économiques et politiques, économistes et journalistes ont assisté à trois tables rondes réunissant des représentants des trois régions.

     

    L’interrégionalité était au centre des débats de ce premier sommet économique du Grand Sud. Avec plus de 800 participants venus des régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, ce sommet avait pour but de mettre en lumière les problématiques de ces trois territoires et de les fédérer.

     

    En guise de discours d’ouverture du sommet, qui s’est déroulé au centre des congrès de Toulouse, Jean-Christophe Tortora, directeur de la publication d’Objectif News et vice-président de France Economie Régions a tenu à faire un parallèle entre « le G20 qui s’ouvre aujourd’hui à Cannes et ce G3, si l’on peut l’appeler ainsi. Je crois qu’il est bon dans ces moments d’incertitude de se retrouver pour débattre, réfléchir et penser le futur de ce Grand Sud. Montrer ce qu’est l’économie réelle, celles de nos trois régions, de nos territoires. »

     

    Aux côtés de Jean-Christophe Tortora, étaient présents Alain Ribet, directeur général d’Objectif Aquitaine et Jean-Claude Gallo, directeur de la publication d’Objectif Languedoc-Roussillon et président de France Economie Région qui s'est, pour sa part, félicité de "cette initiative, première du genre, organisée par le premier regroupement de magazines économiques régional au niveau national". La journée, ponctuée de trois tables rondes, a été consacrée à la question des "4i" : infrastructures, innovation et intelligence, international.

     

    Les acteurs économiques des trois régions ont pu intervenir sur le thème « Comment les nouvelles infrastructures sur nos territoires vont impacter nos relations économiques ? ». Patrick Stefanini, préfet de la région Aquitaine, également coordonnateur du Grand Projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO) a fait un point sur les dates d’arrivée de la LGV Bordeaux-Narbonne. « La décision sur le tracé définitif doit se faire au printemps et les travaux pourraient démarrer en 2017 pour une mise en service au début de la décennie 2020. » Lors de cette table ronde, Hélène Mandroux, maire de Montpellier, a souligné que "le Grand Sud est une force et qu'une intelligence de coopération interrégionale est à mettre en place".

     

    La deuxième table ronde autour de l’intelligence et de l’innovation avait pour thème « Comment la coopération interrégionale de l’enseignement et de la recherche peut-elle accélérer la compétitivité du Grand Sud entre les régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ? » Pour Manuel Tunon de Lara, président de l’Université de Bordeaux, « les regroupements des universités sont encore devant nous. Nous pensons qu’il faut une masse critique, qu’il faut être visible à l’international. Avec l’autonomie, tout a été fait pour que les universités soient en compétition. A nous de mettre en place des stratégies communes. » Intervenant sur ce thème, Jean-Pierre Moure, président de l'aggloméartion de Montpellier, a rappelé que "la matière grise remplace désormais l'ancienne industrie et représente une valeur non délocalisable".

     

    Enfin, pour clore cette journée de débat, Olivier Torres, professeur à l’université de Montpellier I, président de l’observatoire Amarok a animé la table ronde consacrée à l’international, où intervenait Françoise Dumas, vice présidente de la Région Languedoc-Roussillon : « Peut-on ambitionner que notre Grand Sud soit identifié à l'international comme la Silicon Valley de l'Europe du Sud ? »

     

    À l’issue du sommet, Alain Juppé, maire de Bordeaux, ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes, a, dans un message vidéo car retenu à Cannes pour le G20, souligné l’« importance de jouer collectif pour faire avancer les choses ». Il a également donné rendez-vous à Bordeaux où se tiendra la 2e édition du Sommet économique du Grand Sud en novembre 2012.

     

    Paul Périé et Ysis Percq

     

    Retrouvez le diaporama photo de l'événement en cliquant ici

     

    À lire également:

    Naissance de France Économie Région

     

    Légende : 800 participants étaient présents
    Crédit Photo : ObjectifNews


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :