• Printemps arabes : Jeannette Bougrab fustige la poussée des islamistes

    Printemps arabes : Jeannette Bougrab fustige la poussée des islamistes

    LEMONDE.FR avec AFP | 03.12.11 | 09h49   •  Mis à jour le 03.12.11 | 11h57

    Jeannette Bougrab se dit inquiète des succès des partis islamistes dans les urnes au Maroc, en Tunisie et en Egypte.

    Jeannette Bougrab se dit inquiète des succès des partis islamistes dans les urnes au Maroc, en Tunisie et en Egypte.AFP/MIGUEL MEDINA

    "Je ne connais pas d'islamisme modéré... Il n'y a pas de charia 'light'." C'est en des termes très virulents que   Jeannette Bougrab, secrétaire d'Etat à la jeunesse,   a exprimé, samedi 3 décembre, dans une interview au Parisien, son inquiétude face aux succès des partis islamistes dans les urnes au Maroc, en Tunisie et en Egypte.

    Interrogée sur le fait de savoir si le discours de la diplomatie française devrait être plus ferme face aux islamistes portés au pouvoir par les urnes au Mahgreb, la secrétaire d'Etat, fille de harki, répond : "Je ne suis pas ministre des affaires étrangères. Je réagis en tant que citoyenne, en tant que femme française d'origine arabe."

    "NE PAS CHOISIR ENTRE LA PESTE ET LE CHOLÉRA"

    "Ben Ali ou Moubarak avaient agité le chiffon rouge des islamistes pour obtenir le soutien des pays occidentaux", rappelle-t-elle. "Mais il ne faudrait pas tomber dans l'excès inverse. Moi, je ne soutiendrai jamais un parti islamiste. Jamais. Au nom des femmes qui sont mortes, de toutes celles qui ont été tuées, notamment en Algérie ou en Iran, par exemple, parce qu'elles ne portaient pas le voile."

    "Je me refuse à croire qu'il y aurait une sorte de malédiction sur ces pays arabes, que le choix devrait se résumer entre les dictatures et l'islamisme, entre la peste et le choléra", insiste Mme Bougrab. Interrogée sur le caractère démocratique des victoires islamistes, elle n'hésite pas à affirmer : "Parfois la dictature est venue des urnes." "Je fais partie de celles qui estiment qu'on peut interdire des partis politiques fondés sur des pratiques qui portent atteinte à une Constitution", conclut-elle.

    L'Egypte après Moubarak

    Les faits La victoire annoncée de salafistes aux législatives égyptiennes suscite des craintes


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :