• Prothèses mammaires défectueuses

    Prothèses mammaires défectueuses

    Publié le 17 décembre 2011 à 22h47


    Prothèses mammaires PIP et cancer : Pourquoi l'inquiétude demeure

    Elles sont 30.000 femmes à porter des implants mammaires PIP défectueux. Huit cas de cancer ont été signalés, mais le lien entre les deux n'est pas établi. Ce qui n'empêche pas la crainte de ces femmes.

     Une prothèse mammaire PIP 

    Une prothèse mammaire PIP SIPA/IBO/SIPA

    Même si le lien avec le cancer n'est pas établi scientifiquement, ce sont huit cas recensés de femmes porteuses d'implants mamaires PIP qui en sont victimes à ce jour. Cinq cancers du sein (adénocarcinomes) ont été déclarés, ainsi qu'un cas de lymphome rare du sein (décédé), un cas de lymphome de l'amygdale et un cas de leucémie, a précisé le Pr Grall qui s'exprimait à l'issue du premier « comité de suivi » des femmes porteuses de prothèses mammaires, créé à la demande du gouvernement. Mais, Dominique Maraninchi, directeur général de l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) et ancien patron de l'Institut national du Cancer (INCa) a tenu à préciser que tous les cancers mentionnés ne sont pas nécessairement imputables aux prothèses frauduleuses. « On n'a pas d'a priori sur le lien de cause à effet. Nous savons que ce sont des prothèses frelatées », a-t-il dit en rappelant la fréquence du cancer du sein (adénocarcinome), avec ou sans prothèse : « Une femme sur dix a, a eu ou aura un cancer du sein ».

     

    Comment rassurer les 30.000 femmes porteuses de ces implants défectueux, alors que les cas de cancer se multiplent? Car un cas en particulier pose problèmedans cette thèse. Celui de la patiente décédée à Marseille atteinte d'une forme très rare du lymphome du sein.Encore une fois, le lien n'a pas été établi, mais ses proches pensent le contraire. Ainsi, la famille d’Edwige Ligoneche, ancienne porteuse d’implants mammaires Poly Implant Prothèse (PIP), décédée à Marseille à 53 ans d’un lymphome, a déposé plainte « pour homicide involontaire ». La société PIP, entreprise du Var mise en liquidation, est accusée d’avoir utilisé dans ses prothèses du gel à usage industriel et non médical.

    En janvier, la Food and Drug Administration – l’agence américaine des médicaments – a rapporté une « possible» association entre ce type de lymphome et les prothèses mammaires, toutes marques confondues. « On sait que le gel dont les PIP sont composées est irritatif mais il n’est pas génotoxique », rassure Bruno Alfandari, président du syndicat national de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (SNCPRE). Jean-Luc Baron, chirurgien esthétique à Montpellier, concernant Edwige Ligoneche nous a déclaré : « C'est un cas exceptionnel. Nous avons des difficultés à remonter aux origines de la fraude et c'est cela qui est inquiétant car ce laboratoire a été utilisé pour la reconstruction mammaire en cas de cancer du sein. Un nombre important de prothèses PIP a été posé, il y a donc beaucoup de patientes porteuses de prothèses de ce type. »

    Le comité de suivi recense actuellement tous les cas de cancers survenus chez des femmes ayant eu des implants PIP - pour 80% d'entre elles à des fins esthétiques et 20% à titre de reconstruction après un cancer du sein, selon l’agence des produits de santé (Afssaps). L'INCa émettra « d'ici huit jours » une série de recommandations aux professionnels de santé sur la conduite à tenir, notamment au plan chirurgical.

    Un numéro vert a été mis en place par l'Afssaps : 0800 636 636


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :