• Rafale : le contrat avec l?Egypte a été signé

    Rafale : le contrat avec l’Egypte a été signé

    <time datetime="2015-02-16T17:41:18+01:00">Le 16/02 à 17:41, mis à jour à 17:49</time>

    • <figure itemid="/medias/2015/02/16/1093842_rafale-le-contrat-avec-legypte-a-ete-signe-web-tete-0204162772647_660x372p.jpg" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject"><section id="gauche_article"></section></figure>lien

    Précédent

    Le contrat avec l’Egypte, d’un montant de 5,2 milliards d’euros, porte sur la vente de 24 avions Rafale.

    <aside>Article(s) associé(s)< >L’Egypte bombarde l’Etat islamique en LibyeRafale : «un contrat de confiance de l’Egypte à l’égard de la France»L'Egypte, premier acheteur étranger du RafaleLe PDG du constructeur français Dassault Aviation, Eric Trappier, a signé le contrat au palais présidentiel en présence du chef de l’Etat égyptien Abdel Fattah al-Sissi et du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

     

    Mais cette vente marque aussi le soutien de Paris au président égyptien Abdel Fattah al-Sissi dans un contexte géopolitique tendu et en pleine répression de toute opposition en Egypte.

    L’Egypte a bombardé lundi des positions du groupe Etat islamique (EI) en Libye , quelques heures après la revendication par cette organisation jihadiste de la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens, kidnappés en janvier.

    Le contrat avec l’Egypte, d’un montant de 5,2 milliards d’euros, porte sur la vente de 24 avions Rafale fabriqués par Dassault Aviation, une frégate multimission FREMM du groupe naval DCNS ainsi que des missiles conçus par MBDA.

    «  C’est un contrat exceptionnel pour nos industries de défense qui valorise le Rafale... un avion très performant », a commenté Jean-Yves Le Drian, parlant aussi d’un « bon contrat pour DCNS ».

    Menée en un temps record, à peine trois mois, cette vente à l’initiative de l’Egypte marque le souhait du Caire de diversifier ses sources d’armements et de s’affranchir de la tutelle américaine, dont elle était très dépendante jusque-là.

    Elle souligne surtout le soutien affiché de Paris au régime égyptien, dans une région en proie à une profonde instabilité.

    «  Avec l’Égypte, ça s’est fait très rapidement », a expliqué le président français François Hollande la semaine passée. « D’abord parce que l’Égypte voulait un avion de grande qualité » et « rapidement compte tenu des menaces qui existent autour de ce pays ».

    Source AFP

     

    </aside>

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :