• À Rio, les pèlerins se préparent

    à une veillée géante

    • Home ACTUALITE International
      • Par
      • Publié <time data-ago="il y a 43 minutes" data-original="le 27/07/2013 à 17:34" datetime="2013-07-27T17:34:44+02:00" itemprop="datePublished">le 27/07/2013 à 17:34</time>
      • lien

    EN IMAGES - Tandis que les jeunes catholiques ont entamé leur pèlerinage vers la plage de Copacabana, où il vont prier et dormir en plein air, le Pape a encouragé les prêtres à servir les pauvres.


    votre commentaire
  • Accueil > TopNews > JMJ : le pape François dialogue avec des mineurs incarcérés à Rio

    <header>

    JMJ : le pape François dialogue avec des mineurs incarcérés à Rio

    </header>

    <time datetime="2013-07-26T23:15:26" itemprop="dateCreated">Créé le 26-07-2013 à 23h15</time> - <time datetime="2013-07-26T23:15:26" itemprop="dateModified">Mis à jour à 23h15</time>

    lien

    Le pape François a dialogué vendredi avec huit mineurs incarcérés à Rio et douze jeunes pèlerins du monde entier, répondant franchement aux questions sur les injustices sociales, les violences contre les enfants et les maladies dont ils sont victimes.
(c) Afp

    Le pape François a dialogué vendredi avec huit mineurs incarcérés à Rio et douze jeunes pèlerins du monde entier, répondant franchement aux questions sur les injustices sociales, les violences contre les enfants et les maladies dont ils sont victimes. (c) Afp

    Rio de Janeiro (AFP) - Le pape François a dialogué vendredi avec huit mineurs incarcérés à Rio et douze jeunes pèlerins du monde entier, répondant franchement aux questions sur les injustices sociales, les violences contre les enfants et les maladies dont ils sont victimes.

    Pendant une demi-heure, tous assis en cercle avec le pape à l'archevêché, six garçons et deux filles de quatre établissements carcéraux de Rio ont parlé et prié avec le pape.

    "Chacun se levait à tour de rôle et venait s'asseoir près de lui, pour lui parler, portant des objets religieux à bénir, et des photos du pape à signer", a rapporté le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi.

    "Une des filles, très émue, a entonné une chanson qu'elle avait composée pour le pape et lui a lu une longue lettre au nom des autres", a-t-il révélé.

    Ils ont offert à François un rosaire artisanal. Sur sa croix, était inscrit "Candelaria nunca mais" ("Jamais plus Candelaria") pour évoquer l'assassinat par la police de huit enfants des rues devant une église de Rio en 1993.

    Le pape a répété à leur suite : "Candelaria nunca mais" et "demandé de prier pour tous les mineurs victimes de violences" en prison ou dans les rues.

    Par la suite, François s'est assis avec douze jeunes du monde entier pour un déjeuner qui a duré une heure et demie.

    Anne-Sophie Peiffer, 27 ans, Française de Paris, a raconté aux journalistes qu'elle lui avait montré la photo d'un jeune enfant de sa connaissance qui devait se faire opérer à nouveau du coeur. Elle lui a alors posé la question sur la souffrance d'innocents.

    "On est effrayé, a répondu le pape, on a alors envie de courir dans les bras de notre mère".

    "Dieu, lui, comprend. C'est en ayant cet amour pour les personnes qui souffrent qu'on se rapproche de lui", a ajouté François, selon la jeune fille.

    Il a invité les jeunes dans ces moments-là à "se tourner vers notre mère, la Vierge Marie".

    Les questions de la dignité, de l'engagement, des valeurs, des vocations, du chômage des jeunes, ont été abordées dans la conversation, très librement.

    "On enlève sa dignité à la nouvelle génération", a dit le pape au sujet du chômage.

    Et à propos de la pauvreté, il a martelé : "tout le monde sait qu'il y a des gens qui meurent de faim, mais ce n'est pas une nouvelle, alors qu'un krach boursier est une nouvelle".

    Les jeunes ont souligné la bienveillance et de l'écoute du pape, "quelqu'un qui ne vous intimide pas".

    A l'exception de l'Afrique, tous les continents étaient représentés à ce repas.

    Avec ce repas, François perpétue une tradition qui existait déjà dans les JMJ avec Benoît XVI.


    votre commentaire
  • François, le pape des pauvres

    Mise à jour le mardi 23 juillet 2013 à 10 h 37 HAE
    Le pape François
    Le pape François  Photo :  AFP/ALBERTO PIZZOLI
     
     
     
     
     
     

     

    Il a ainsi renoncé à vivre dans les luxueux appartements pontificaux, choisissant plutôt de demeurer dans une suite de la résidence Sainte-Marthe, lieu de réunion des cardinaux lors du conclave. Il ne veut pas porter la mosette de pape (une courte cape de velours rouge bordée d'hermine), ni la croix en or distinctive de son rôle.

    Il se lève à 4 h 30 tous les matins et se couche à 21 h le soir. Pour ses déplacements, il préfère le minibus à sa voiture officielle, et lors son voyage à Rio de Janeiro, dans le cadre de ses premières Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), il a même opté pour une jeep ouverte à la place de la papamobile, afin d'être plus proche des gens.

    Issu d'un milieu modeste

    Jorge Mario Bergoglio est né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires, en Argentine, dans une famille modeste d'immigrants italiens, comme la plupart des habitants de la capitale à l'époque. Son père était employé des chemins de fer. Une seule soeur de ses quatre frères et sœurs est toujours en vie.

    Jorge Mario Bergoglio vit avec un seul poumon depuis qu'il a 20 ans, résultat d'une infection à la suite d'une pneumonie.

    Il a été formé comme ingénieur chimiste, avant d'intégrer le séminaire et d'être ordonné prêtre par les jésuites, le 13 décembre 1969. En 1980, il est devenu le recteur de la Faculté théologique de San Miguel, où il avait fait ses études.

    En 1992, il a été désigné évêque auxiliaire de l'archevêché de Buenos Aires. À la mort du titulaire, en 1998, il est devenu archevêque. Jean-Paul II l'a ensuite nommé cardinal en 2001.

    François est parfois qualifié de premier pape non européen, ce qui est faux. Grégoire III, qui a régné au 8e siècle, est né en Syrie. François est en fait le premier pape non européen depuis 741 ans.

    Une préoccupation pour la justice sociale

    À l'instar de Saint-François-d'Assise, qui l'a guidé dans son choix de nom, le pape s'intéresse depuis toujours au sort des plus faibles et des plus vulnérables de la société. Cette préoccupation ne l'a pas abandonné avec son accession aux plus hautes sphères.

    « Mon peuple est pauvre et je suis l'un d'entre eux. » — François

    Lors du Jeudi saint en 2013, le pape a visité une prison pour jeunes, à Rome, et il a lavé les pieds de 12 prisonniers, dont deux femmes.

    En juillet, il s'est rendu sur l'île italienne de Lampedusa, entre la Sicile et la Tunisie, où arrivent chaque année des dizaines de milliers de migrants, majoritairement africains, qui tentent la traversée de la Méditerranée à la recherche d'une vie meilleure.

    Il y a fustigé « l'indifférence » du monde au sort des migrants et a lancé une couronne de fleurs dans les flots en mémoire de ceux qui ont péri en mer.

    Jorge Mario Bergoglio, alors archevêque, visite le bidonville Villa 21-24, à Buenos Aires, en compagnie du père José Maria de Paola (à sa droite), en 1998. Crédit photo : AFP

     

    Jorge Mario Bergoglio, alors archevêque, visite le bidonville Villa 21-24, à Buenos Aires, en compagnie du pè

     
    Le pape François succède à Benoît XVI

    François, le pape des pauvres

    Mise à jour le mardi 23 juillet 2013 à 10 h 37 HAE
     
     
     
    Le pape François Le pape François  Photo :  AFP/ALBERTO PIZZOLI

    Élu en mars 2013, l'Argentin François est le premier pape jésuite et le premier pape des Amériques. Dès le départ, il a donné le ton : sa papauté serait marquée par la simplicité et l'humilité.

    Il a ainsi renoncé à vivre dans les luxueux appartements pontificaux, choisissant plutôt de demeurer dans une suite de la résidence Sainte-Marthe, lieu de réunion des cardinaux lors du conclave. Il ne veut pas porter la mosette de pape (une courte cape de velours rouge bordée d'hermine), ni la croix en or distinctive de son rôle.

    Il se lève à 4 h 30 tous les matins et se couche à 21 h le soir. Pour ses déplacements, il préfère le minibus à sa voiture officielle, et lors son voyage à Rio de Janeiro, dans le cadre de ses premières Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), il a même opté pour une jeep ouverte à la place de la papamobile, afin d'être plus proche des gens.

    Issu d'un milieu modeste

    Jorge Mario Bergoglio est né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires, en Argentine, dans une famille modeste d'immigrants italiens, comme la plupart des habitants de la capitale à l'époque. Son père était employé des chemins de fer. Une seule soeur de ses quatre frères et sœurs est toujours en vie.

    Jorge Mario Bergoglio vit avec un seul poumon depuis qu'il a 20 ans, résultat d'une infection à la suite d'une pneumonie.

    Il a été formé comme ingénieur chimiste, avant d'intégrer le séminaire et d'être ordonné prêtre par les jésuites, le 13 décembre 1969. En 1980, il est devenu le recteur de la Faculté théologique de San Miguel, où il avait fait ses études.

    En 1992, il a été désigné évêque auxiliaire de l'archevêché de Buenos Aires. À la mort du titulaire, en 1998, il est devenu archevêque. Jean-Paul II l'a ensuite nommé cardinal en 2001.

    François est parfois qualifié de premier pape non européen, ce qui est faux. Grégoire III, qui a régné au 8e siècle, est né en Syrie. François est en fait le premier pape non européen depuis 741 ans.

    Une préoccupation pour la justice sociale

    À l'instar de Saint-François-d'Assise, qui l'a guidé dans son choix de nom, le pape s'intéresse depuis toujours au sort des plus faibles et des plus vulnérables de la société. Cette préoccupation ne l'a pas abandonné avec son accession aux plus hautes sphères.

    « Mon peuple est pauvre et je suis l'un d'entre eux. » — François

    Lors du Jeudi saint en 2013, le pape a visité une prison pour jeunes, à Rome, et il a lavé les pieds de 12 prisonniers, dont deux femmes.

    En juillet, il s'est rendu sur l'île italienne de Lampedusa, entre la Sicile et la Tunisie, où arrivent chaque année des dizaines de milliers de migrants, majoritairement africains, qui tentent la traversée de la Méditerranée à la recherche d'une vie meilleure.

    Il y a fustigé « l'indifférence » du monde au sort des migrants et a lancé une couronne de fleurs dans les flots en mémoire de ceux qui ont péri en mer.

    Jorge Mario Bergoglio, alors archevêque, visite le bidonville Villa 21-24, à Buenos Aires, en compagnie du père José Maria de Paola (à sa droite), en 1998. Crédit photo : AFP

    2 / 7
    Plein écran

    Prompt à décrier le néolibéralisme et la mondialisation, il demeure dans la lignée conservatrice de ses prédécesseurs en ce qui concerne l'avortement, l'euthanasie, le contrôle de la natalité, l'homosexualité et l'ordination des femmes prêtres.

    Il s'est opposé à la légalisation du mariage gai en Argentine, en 2010, et a affronté la présidente Cristina Kirchner à ce sujet. Il a également dénoncé l'autoritarisme de la présidente. En revanche, il a déjà critiqué et qualifié d'« hypocrites » les prêtres qui refusaient de baptiser les enfants nés hors mariage.

    L'Église catholique a un passé controversé en Argentine. Ses représentants ont souvent été accusés de complicité avec le régime dictatorial qui a gouverné le pays de 1976 à 1983, et a causé la « disparition » de 30 000 personnes. Après sa nomination, on a ainsi souligné que le nouveau souverain pontife avait fermé les yeux sur les crimes de la dictature et peut-être même permis l'arrestation et la torture de deux jésuites proches de la théologie de la libération.

    Les commentaires

    (6)

    Participez

    Envoyé par Gaby Joly de thurso

    23 juillet 2013 à 20 h 07 HAE

    M Tremblay...
    Il porte une croix en or, pis c quoi le problème, j en i une moi aussi lol!

    M Tremblay je vous mets au défi... Chaque jour et chaque soir dites ceci
    si tu es vivant prouve moi le, fais le très sérieusement.

    Envoyé par Pierre Tremblay de Montréal

    23 juillet 2013 à 16 h 57 HAE

    "Élu en mars 2013, l'Argentin François est le premier pape jésuite et le premier pape des Amériques. Dès le départ, il a donné le ton : sa papauté serait marquée par la simplicité et l'humilité. "

    ===

    C'est pourquoi il brandit une croix en or ?

    Envoyé par Pierre P de Roberval

    24 juillet 2013 à 00 h 03 HAE  en réponse à Pierre Tremblay de Montréal

    Il fait piètre figure en comparaison du patriarche de l'église orthodoxe de Russie, avec sa montre Rolex en platine et or serti de diamants, etc.

    Envoyé par Michel Gaudette de Trois-Rivières

    23 juillet 2013 à 16 h 50 HAE

    Tel que conçu par le Vatican au fil des siècles, la papauté vient occulter dans la tête de beaucoup de gens le personnage central du christianisme, Jésus-Christ, qui est le véritable chef de l'Église chrétienne.

    Dommage cette malheureuse idolâtrie chez plusieurs.... Vraiment dommage...

    Envoyé par Pierre Tremblay de Montréal

    23 juillet 2013 à 16 h 59 HAE  en réponse à Michel Gaudette de Trois-Rivières

    Ça fait près de 2000 ans qu'il est mort, "le véritable chef de l'Église chrétienne", normal que des opportunistes aient pris sa place.

    Envoyé par Michel Gaudette de Trois-Rivières

    23 juillet 2013 à 20 h 11 HAE  en réponse à Michel Gaudette de Trois-Rivières

    Avant l'Empereur Constantin, la papauté n'existait pas et c'était l'âge d'or du christianisme, là où le christianisme s'est répandu rapidement et partout dans le monde connu d'alors.

    Mais après Constantin, le christianisme va prendre un sérieux coup de plomb dans l'aile sous l'égide de Rome...

    Participez à cet article

    Important Afin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l'exception de la zone Jeunesse). Le nom d'utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.

    En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    1200 caractères restants

    Correspondants à l'étranger

    Tous les correspondants
     

    L'actualité en direct Afficher le fil complet

    Facebook

     
     
    Jorge Mario Bergoglio, alors archevêque, visite le bidonville Villa 21-24, à Buenos Aires, en compagnie du père José Maria de Paola (à sa droite), en 1998. Crédit photo : AFP
    2 / 7
    ×

    re José Maria de Paola (à sa droite), en 1998. Crédit photo : AFP

    2 / 7
    Plein écran
    Prompt à décrier le néolibéralisme et la mondialisation, il demeure dans la lignée conservatrice de
    2 / 7
    Plein écran

    Prompt à décrier le néolibéralisme et la mondialisation, il demeure dans la lignée conservatrice de ses prédécesseurs en ce qui concerne l'avortement, l'euthanasie, le contrôle de la natalité, l'homosexualité et l'ordination des femmes prêtres.

    Il s'est opposé à la légalisation du mariage gai en Argentine, en 2010, et a affronté la présidente Cristina Kirchner à ce sujet. Il a également dénoncé l'autoritarisme de la présidente. En revanche, il a déjà critiqué et qualifié d'« hypocrites » les prêtres qui refusaient de baptiser les enfants nés hors mariage.

    L'Église catholique a un passé controversé en Argentine. Ses représentants ont souvent été accusés de complicité avec le régime dictatorial qui a gouverné le pays de 1976 à 1983, et a causé la « disparition » de 30 000 personnes. Après sa nomination, on a ainsi souligné que le nouveau souverain pontife avait fermé les yeux sur les crimes de la dictature et peut-être même permis l'arrestation et la torture de deux jésuites proches de la théologie de la libération.


    votre commentaire
  • <nav class="nav_filariane"> </nav> RSS

    <header>

    Le Point.fr - Publié le <time datetime="2013-07-23T00:00" itemprop="datePublished" pubdate=""> 23/07/2013 à 00:00</time>

    Cet engin explosif a été retrouvé dans les toilettes du parking du sanctuaire marial d'Aparecida, dans l'Etat de Sao Paulo, où doit se rendre mercredi le pape François.

    <figure class="media_article panoramique" itemprop="associatedMedia" itemscope="" itemtype="http://schema.org/ImageObject">

    La basilique du sanctuaire marial d'Aparecida, dans l'Etat de Sao Paulo, où doit se rendre mercredi le pape François.

    <figcaption>La basilique du sanctuaire marial d'Aparecida, dans l'Etat de Sao Paulo, où doit se rendre mercredi le pape François. © SIPA </figcaption> </figure>
     
    </header>

    L'armée brésilienne a annoncé lundi avoir détruit dimanche un engin explosif artisanal dans les toilettes du parking du sanctuaire marial d'Aparecida, dans l'Etat de Sao Paulo, où doit se rendre mercredi le pape François. "Un engin explosif de fabrication artisanale a été découvert et confié aux autorités militaires" qui ont procédé à sa destruction, a indiqué la 2e Brigade d'infanterie légère dans une note écrite. Un porte-parole de la police militaire a précisé à l'AFP que cet engin était "de faible puissance, presque insignifiante", et qu'il avait été découvert dans des toilettes situés dans un endroit du sanctuaire où ni le pape ni les fidèles ne doivent se rendre. L'engin a été découvert dimanche lors d'un exercice d'entraînement des forces de sécurité en prévision de la visite du pape.

    Le Groupe d'actions tactiques (GATE) de la police militaire de l'Etat de Sao Paulo a "procédé à la destruction de l'engin sans aucun risque pour les personnes ou le patrimoine", a précisé l'armée. Cinq mille militaires et policiers doivent veiller à la sécurité du pape et des fidèles lors de son déplacement au Sanctuaire national de Notre-Dame d'Aparecida, le plus grand sanctuaire marial au monde. Le pape François a entamé lundi le premier voyage à l'étranger de son pontificat à Rio de Janeiro où il va présider les 28e Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), jusqu'à dimanche. Le pape, qui voue une dévotion particulière à la vierge Marie, avait décidé d'inclure le déplacement d'Aparecida à un programme conçu initialement pour son prédécesseur Benoît XVI.


    votre commentaire
  • > TopNews > Le pape François arrive à Rio où l'attend une foule en liesse

    <article> <header>

    Le pape François arrive à Rio où l'attend une foule en liesse

    </header>
    <time datetime="2013-07-22T21:02:28" itemprop="dateCreated">Créé le 22-07-2013 à 21h02</time> - <time datetime="2013-07-22T21:02:28" itemprop="dateModified">Mis à jour à 21h02</time>
    lien

    Le pape François est arrivé lundi à Rio de Janeiro où il entame le premier voyage à l'étranger de son pontificat à l'occasion des 28e Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ).
(c) Afp

    Le pape François est arrivé lundi à Rio de Janeiro où il entame le premier voyage à l'étranger de son pontificat à l'occasion des 28e Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ). (c) Afp

    Rio de Janeiro (AFP) - Le pape François a entamé lundi le premier voyage de son pontificat à Rio de Janeiro où une foule en liesse s'est massée pour le saluer à son passage en jeep découverte dans le centre ville.

    L'avion du premier pape sud-américain de l'histoire a atterri à 15H43 (19H43 GMT) à l'aéroport international Tom Jobim, a constaté un journaliste de l'AFP.

    Le souverain pontife, qui va présider pendant une semaine les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) où sont attendus jusqu'à 1,5 million de pèlerins, a été accueilli à sa descente d'avion par la présidente Dilma Rousseff.

    Des milliers de jeunes pèlerins du monde entier, chantant et agitant des drapeaux, étaient massés derrière des barrières pour ovationner le souverain pontife qui a tenu à les saluer dès son arrivée en parcourant le centre de Rio à bord d'un jeep découverte.

    C'est la première fois que ce Jésuite argentin âgé de 76 ans foule le sol du "Nouveau monde" depuis qu'il a succédé en mars à Benoît XVI à la tête d'une Eglise en crise, minée par les scandales de pédophilie.

    Au Brésil, plus grand pays catholique au monde, il va tenter de revigorer une Eglise affaiblie et déboussolée par la forte poussée des Eglises évangéliques pentecôtistes, omniprésentes et très actives dans les grandes villes et leurs périphéries déshéritées.

    En route pour un Brésil en proie à la colère sociale de la jeunesse, il a insisté sur "le risque" de voir une génération entière de jeunes sans travail, tout en fustigeant "la culture du rejet" des personnes âgées.

    "Eglise pauvre pour les pauvres"

    "La crise mondiale ne fait rien de bon pour les jeunes. Nous courons le risque d'avoir une génération qui n'a pas eu de travail, or du travail provient la dignité de la personne", a déclaré François aux journalistes qui l'accompagnaient dans son avion.

    François, qui prêche depuis son élection pour une "Eglise pauvre pour les pauvres", arrive dans un pays où les jeunes ont manifesté massivement en juin, parfois violemment, contre l'indigence des services publics et la corruption.

    "Le sens de mon voyage est d'encourager les jeunes à vivre insérés dans le tissu social avec les personnes âgées", a poursuivi le pape.

    Pour lui les jeunes "sont l'avenir de leur peuple, mais pas seulement eux". "A l'autre extrême de la vie, les personnes âgées ont la sagesse de la vie, de l'histoire, de la patrie et de la famille, nous en avons besoin", a-t-il insisté.

    Après son premier bain de foule à Rio, le pape devait se rendre à une cérémonie de bienvenue en présence de la présidente Dilma Rousseff et des principales autorités de Rio au siège du gouvernement, le Palais de Guanabara.

    Des athées et les militants du groupe Anonymous Rio ont appelé à manifester à proximité de ce bâtiment officiel contre les dépenses publiques engagées pour les JMJ (plus de 30 millions d'euros).

    Anonymous, l'un des fers de lance de la fronde sociale de juin, a convoqué pour vendredi une seconde manifestation sur la plage de Copacabana, en plein Chemin de croix des JMJ.

    "Un cri de plus contre la corruption"

    "Ce n'est pas contre l'Église catholique. Ce sera un cri de plus contre la corruption et pour des services publics dignes", a indiqué Anonymous sur sa page Facebook.

    Le pape se rendra durant son séjour dans une favela, et dans une unité hospitalière pour toxicomanes. Il rencontrera aussi des détenus.

    Le nombre de catholiques ne cesse de reculer au Brésil depuis 30 ans au bénéfice des Eglises évangéliques.

    Les catholiques représentaient 64,6% de la population brésilienne en 2010 contre 91,8% en 1970, alors que les Eglises évangéliques sont passées de 5,2% à 22,2% (42 millions) des Brésiliens, selon le dernier recensement de 2010.

    Mais selon un sondage publié lundi, la tendance est encore plus forte chez les jeunes, qui se déclarent catholiques à seulement 44,2% et évangéliques à 37,6%.

    En marge de la visite papale, la présidente Rousseff est sous pression de groupes catholiques, qui menacent de faire campagne contre elle à la présidentielle de 2014 si elle n'oppose pas son véto à un projet adopté par le parlement étendant les conditions d'accès à l'avortement en cas de viol.

    Ce projet critiqué par les évêques brésiliens rend obligatoire le traitement d'urgence des victimes de violences sexuelles dans les hôpitaux publics et leur accès à des médicaments pour empêcher la grossesse non désirée, comme la pilule du lendemain.

    Mme Rousseff a jusqu'au 1er juillet, soit trois jours après le départ du pape, pour promulguer cette loi.

    Mardi, le pape devait observer une journée de repos, tandis que l'archevêque de Rio donnera le coup d'envoi officiel des JMJ en prononçant une messe sur la plage de Copacaban

    </article>

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique