• Sévère revers pour le parti de Poutine

    Sévère revers pour le parti de Poutine 

    Mots clés : , , , ,

    Par Pierre Avril Publié <time datetime="04-12-2011T23:17:00+02:00;" pubdate="">le 04/12/2011 à 23:17</time>

     

    Vladimir Poutine, qui dirige le partie Russie unie, a voté dans la capitale, dimanche. (Crédits photo: AFP)
    Vladimir Poutine, qui dirige le partie Russie unie, a voté dans la capitale, dimanche. (Crédits photo: AFP)
      S'abonner au Figaro.fr

    Selon des sondages sortie des urnes, Russie unie perd sa majorité absolue à la Douma à l'issue des législatives russes. 

    Une page politique est en train de se tourner en Russie. Le parti Russie unie, créé dans la foulée de l'accession au pouvoir de Vladimir Poutine, en 2000, est en passe de subir un sévère revers électoral.

    À l'issue des élections parlementaires destinées à choisir les députés de la Douma, cette formation naguère hégémonique ne devrait recueillir que 46% à 48% des voix, selon deux sondages sortie des urnes publiés par les instituts Fom et Vtsiom. Il y a quatre ans, Russie unie avait totalisé 64,30% des scrutins, soit une chute libre de près de 18 points. Dans ces conditions, le parti devrait perdre sa majorité des deux tiers, qui lui permet aujourd'hui de modifier la Constitution.

    Pis, elle serait à deux doigts de devoir renoncer à sa majorité simple, relançant ainsi les spéculations sur l'hypothèse de la création d'une coalition électorale. Pour sa part, le taux de participation, d'environ 50%, est inférieur à celui enregistré lors du précédent scrutin, en 2007.

    Le Parti communiste serait le principal vainqueur du scrutin, obtenant entre 19,8% et 21% des voix, soit une hausse de près de 10 points. Formation de centre gauche créée par le Kremlin en 2006, avant qu'elle ne recherche une indépendance relative, Russie juste augmenterait son score d'environ 6 points, devenant la troisième force à la Douma (entre 12,8% et 14,1%). À la quatrième place, les nationalistes du LDPR obtiendraient entre 11,4 % et 13,2 %, en hausse de quatre points. Les résultats quasi définitifs issus de la région de Kamchatka, de la Tchoukotka et de Iakoutie, dans l'Extrême-Orient russe et en Sibérie orientale, confirment la chute de Russie unie où le parti a toujours régné en maître depuis dix ans.

    Soupçons 

    Dans ce contexte de dégringolade du parti du Kremlin, la commission électorale a tardé à annoncer les résultats officiels de plusieurs régions d'Extrême-Orient et de Sibérie, ce qui a fait naître des soupçons. «Nous réalisons un bon résultat», a déclaré, contre toute attente, le secrétaire du présidium de Russie unie, boris Grizlov, qui se dit certain de décrocher une majorité simple à la Douma.

    Ces élections se sont déroulées sur fonds d'accusations de fraudes et de pressions, mettant particulièrement en cause Russie unie. Selon le Parti communiste, le nombre de falsifications a été supérieur à celui constaté il y a quatre ans, lors du précédent scrutin. À Moscou et Saint-Pétersbourg, pas moins de 170 activistes qui contestaient la légitimité du scrutin ont été arrêtés.

    LIRE AUSSI:

    » Russie unie remet en jeu son hégémonie

    » Le couple Poutine-Medvedev en campagne d'adulation


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :