• Team USA, c'est ça !

    <header>

    Team USA, c'est ça !

    </header>

    <figure id="123456789">Kenneth Faried et les Américains ont tout mangé. (Reuters)<figcaption>Kenneth Faried et les Américains ont tout mangé. (Reuters)</figcaption>
    COMPTE-RENDU
    </figure><aside><figure></figure>
    Par Thomas Siniecki
     
    Publié le <time datetime="2014-09-14T22:50:00+02:00" pubdate="">14 septembre 2014 à 22h50</time>
    Mis à jour le <time datetime="2014-09-14T23:29:44+02:00">14 septembre 2014 à 23h29</time>
    </aside>

    Les Etats-Unis ont été sacrés champions du monde dimanche, et de quelle manière ! Ils ont explosé la Serbie 129-92, montant leur avantage jusqu'à +40 dans le dernier quart-temps. Le constat est absolument implacable.

    On espérait un duel, un vrai, une finale de Coupe du monde digne de ce nom. La France pouvait espérer, un peu, vivre ce match pour le sacre par procuration après son élimination épique en demies contre la Serbie. Patatras, Team USA a tout écrasé sur son passage ! Ce n’était rien d’autre qu’une boucherie, une exécution publique en règle à Madrid. Les Américains, dont on ne rappellera pas la litanie de stars qui leur manquait, ont paru aborder cette finale avec une pression proche du degré zéro. Comme si n’importe quel choc de saison régulière de NBA était 100 fois, 1 000 fois plus important… Résultat: 129-92 !

    Pourtant, le début de match laissait présager quelque chose de différent. La Serbie menait en effet 15-7 dans le premier quart. C’est alors que les Etats-Unis ont décidé de commencer leur rencontre, passant rien de moins qu’un 15-0 qui s’est ensuite transformé en un… 28-6 en leur faveur. Incomparable, stratosphérique, Américain. C’est Kyrie Irving qui a impulsé ce lent décollage de la fusée, avec 15 points avant la fin du premier quart à 3/3 à trois points ! Après un 35-21 sur les 10 premières minutes, les joueurs de Mike Krzyzewski ont enlevé le deuxième quart 32-20.

    Harden: "Le meilleur joueur du monde, c'est moi"

    A la mi-temps, les Etats-Unis menaient donc 67-41. Et la suite était pour l’histoire, une tentative de battre ce record pour une finale mondiale établi 20 ans plus tôt par l’équipe de Shaquille O’Neal: 137-91 contre la Russie. Mais l’écart maximal est resté à +40 dans le dernier quart (107-67, 109-69, 115-75, 117-77, 119-79)… Avec leurs 129 points, les Américains battent quand même le record de ce Mondial 2014, à savoir les 128 points du Brésil devant l’Egypte. Irving, meilleur marqueur du match avec 26 points et un 6/6 à longue distance, est élu MVP du tournoi (Nicolas Batum est dans le cinq majeur).

    James Harden, Stephen Curry, Anthony Davis et Kenneth Faried ont magnifiquement confirmé le cinq majeur de "Coach K" en apportant chacun leur pierre à l’édifice. En toute décontraction, même Rudy Gay a réussi son match… Ce résultat apporte-t-il de l’eau au moulin de Harden ? "Le meilleur joueur du monde, c’est moi", avait-il assuré avant le Mondial à ESPN. Il a beau être capitaine et avoir soulevé en premier la Coupe du monde, le joueur des Rockets n’est évidemment pas celui-là… Les Etats-Unis, avec une équipe C, ont juste confirmé qu’ils sont plus encore que le pays du basket. Ils sont le basket.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :