• Tour de France Romain Bardet: «L'audace a payé»

     

    Tour de France

    Romain Bardet: «L'audace a payé»

    Le <time datetime="2015-07-23T19:18+01:00" itemprop="datePublished">23/07/2015 à 19:18:00</time> | Mis à jour le <time datetime="2015-07-23T19:28+01:00" itemprop="dateModified">23/07/2015 à 19:28:40</time> | lien
    Romain Bardet a su surpasser ses désillusions pour le classement général en remportant la 18e étape étape du Tour de France après une belle offensive: «C'est le vélo que j'aime».

    Cyclisme - Tour de France - 18e étape : Bardet... par lequipe
     
    «Comment avez-vous abordé cette étape stratégiquement?
    On voit que dans ce Tour de France, ce sont de gros groupes, de 20 à 30 coureurs, qui partent dans des échappées.  A 29, c’est difficile de manoeuvrer parce que je suis toujours un peu surveillé dans les échappées. J’avais deux équipiers, Christophe (Riblon) et Jan Bakelants, qui m’ont facilité la tâche. J’ai monté le Glandon plusieurs fois cette année. Je connaissais bien la descente. Je voulais attaquer au pied mais je ne voulais pas montrer trop vite que j’avais de bonnes jambes et je savais que je pouvais faire un écart au sommet du Glandon. J’ai couru un peu comme si l’arrivée était au sommet du Glandon.
    Quelle joie cette victoire vous procure-t-elle?

    Je suis un homme heureux, oui, mais j’ai encore du mal à réaliser. C’était un Tour de France compliqué, avec beaucoup d’espoirs placés sur moi dès le départ. On me voyait peut-être plus haut que ce que je suis vraiment. Il a fallu être très fort mentalement. J’ai toujours eu le soutien de l’équipe, c’est une bande d’amis. Hier (mercredi), je n’avais aucune sensation. J’étais proche de tout lâcher. Je me disais: "Tu te prépares trois mois pour le Tour, t’es à côté de la plaque." Puis je me suis dit: "Allez, on ne baisse pas les bras. On ne sait jamais ce qui peut passer." J’étais vraiment bien aujourd’hui. J’ai été de l’avant, l’audace a payé.
    «Le classement général, je réponds humblement que pour ma part, c'est encore un peu tôt. J'espère le faire un jour mais pour l'instant, c'est un peu tôt.»
     
    Pourquoi les coureurs français sont-ils en difficulté cette année pour le classement général?

    L’an dernier, on a connu un Tour extraordinaire avec des circonstances favorables. Le Tour, c’est beaucoup de pression. Il faut rester concentré sur 21 étapes et on n’a pas encore la carrure pour ça. C’est un long apprentissage. On arrive à concurrencer les meilleurs sur certaines étapes. Je réponds humblement que pour ma part, c’est encore un peu tôt. J’espère le faire un jour mais pour l’instant, je prends du plaisir à courir comme je le fais, en prenant des échappées. C’est le vélo que j’aime.

    Rester dans le top 10 sera-t-il l’objectif de votre fin de Tour de France?

    Je suis assez surpris de rentrer dans le top 10. J’ai eu peur pour l’échappée car ça roulait derrière pour garder des places au classement général. Je suis bien placé au classement de la montagne sans avoir vraiment fait les grimpeurs (ex aequo avec Joaquim Rodriguez, ndlr) . On verra demain comment les jambes vont répondre mais elles risquent d’être dures.»

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :