• Tunisie: un nouveau gouvernement sans Ennahdha

    Tunisie: un nouveau gouvernement sans Ennahdha

    MONDE | vendredi 23 janvier 2015 à 16h05

    <article class="main clearfix printable order-20"><aside class="features">

    Tunisie: un nouveau gouvernement sans Ennahda - FETHI BELAID - BELGAIMAGE

     
    </aside> <header>Le Premier ministre tunisien désigné Habib Essid a présenté vendredi au président Béji Caïd Essebsi un gouvernement "de compétences nationales" dont le parti islamiste Ennahdha est absent et qui doit obtenir la confiance du Parlement avant d'entrer en fonctions. </header>

    Nidaa Tounès, vainqueur des législatives de fin octobre, occupe plusieurs portefeuilles comme les Affaires étrangères, qui reviennent à son secrétaire général Taïeb Baccouche, la Santé et le Transport, selon la liste annoncée à la presse par Habib Essid.

    L'Union patriotique libre (UPL), parti du richissime homme d'affaires et patron de club de foot Slim Riahi, troisième force au Parlement avec 16 sièges sur 217, récupère notamment le Tourisme et la Jeunesse et les sports.

    Habib Essid a affirmé avoir choisi les membres de son cabinet à l'issue de "rencontres et de consultations avec les représentants des partis politiques (...) et des composantes de la société civile, afin d'entendre leurs avis et leurs propositions concernant ce gouvernement et son programme de travail".

    "Ce gouvernement est un gouvernement de compétences nationales, qui rassemble des personnalités politiques (...), de la société civile, des gens d'expérience et d'expertise", a-t-il assuré, en précisant que le programme du cabinet émanait de celui de Nidaa Tounès mais aussi des propositions d'autres partis et de la société civile.

    Formation d'un nouveau gouvernement suite aux élections législatives d'octobre

    Nidaa Tounès est arrivé en tête des législatives d'octobre, remportant 86 sièges et devançant les islamistes d'Ennahdha qui en ont engrangé 69. Le futur gouvernement devra obtenir le soutien d'au moins 109 députés sur 217 lors d'un vote de confiance dont la date n'est pas encore connue.

    Habib Essid, un ancien ministre de l'Intérieur après la révolution de 2011 ayant eu des responsabilités sous le dictateur déchu Ben Ali, a été chargé de former le gouvernement le 5 janvier. Il avait un mois, un délai renouvelable une seule fois, pour former et présenter son équipe.

    Belga

    </article>

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :