• Un Belge, soupçonné d?avoir joué un rôle dans les attentats, arrêté en Turquie


    <article class="article article_normal" itemscope="" itemtype="http://schema.org/NewsArticle">

    Un Belge, soupçonné d’avoir joué un rôle

    dans les attentats, arrêté en Turquie

    Le Monde.fr avec AFP | <time datetime="2015-11-21T08:07:39+01:00" itemprop="datePublished">21.11.2015 à 08h07</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-11-21T12:13:21+01:00" itemprop="dateModified">21.11.2015 à 12h13   lien </time>

    Dans la nuit de vendredi à samedi, le gouvernement belge a placé la ville de Bruxelles en état d’alerte maximale et demandé à la population d’éviter les lieux fréquentés en raison d’une menace « sérieuse et imminente ».

    Huit jours après les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis,

    qui ont fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés, des hommages aux victimes ont eu lieu vendredi soir à Paris et dans plusieurs villes de France.

    Une semaine de traque, de renforcement sécuritaire, d’intensification des bombardements en Syrie et de diplomatie pour renforcer la lutte antiterroriste s’achève alors que samedi matin, les policiers étaient toujours aux trousses d’au moins un suspect : Salah Abdeslam.

    • Etat d’alerte maximale à Bruxelles

    <figure class="illustration_haut " style="width: 534px"> </figure>

    Dans la nuit du vendredi 20 au samedi 21 novembre, le gouvernement belge a placé la ville en état d’alerte maximale et demandé à la population d’éviter les lieux fréquentés en raison d’une menace « sérieuse et imminente » . Le niveau d’alerte à Bruxelles a été relevé au niveau 4. Le porte-parole du centre de crise n’a pas voulu préciser la nature de la menace qui a poussé les autorités à relever le niveau d’alerte à Bruxelles.

    Le premier ministre Charles Michel a pris la décision de relever dans la nuit le niveau de menace « suite à des informations d un risque d’attentat similaire à Paris ». Les cibles potentielles seraient les centres commerciaux, les transports en commun et les grands événements rassemblant des foules.

    « Il s’agissait donc d’une menace d’attentat commis à plusieurs endroits par plusieurs individus ».

    Le centre de crise gouvernemental a annoncé qu’il avait recommandé la fermeture du métro pendant tout le week-end. Tous les centres commerciaux fermeront à la mi-journée.

    Selon les derniers éléments de l’enquête, l’homme soupçonné d’être l’instigateur des attentats avait manipulé une des trois kalachnikovs retrouvées dans une Seat noire, utilisée par le « commando des terrasses » et retrouvée à Montreuil. La même ville de la périphérie parisienne où Abaaoud a été filmé le soir du carnage à 22 h 14 par une caméra dans une station de métro.

    Les policiers sont toujours aux trousses de Salah Abdeslam, soupçonné d’avoir mitraillé le 13 novembre des terrasses de cafés et de restaurants parisiens avec son frère Brahim, qui s’est fait exploser boulevard Voltaire. Il aurait été aidé à quitter Paris le lendemain matin. Deux complices présumés de cette fuite ont été arrêtés à Bruxelles puis mis en examen lundi pour attentat terroriste. Toujours en Belgique, un troisième homme a été mis en examen, vendredi, pour terrorisme.

    Sur les sept kamikazes morts le 13 novembre :

    • Quatre sont Français : Brahim Abdeslam (31 ans), Bilal Hadfi (20 ans), Samy Amimour (28 ans) et Ismaël Omar Mostefaï (29 ans).
    • Deux sont entrés en Europe via la Grèce en octobre. Il s’agit de celui près duquel on a retrouvé un passeport syrien à l’authenticité douteuse et dont les policiers ont diffusé la photo ; et d’un second, qui a été formellement identifié vendredi soir, selon le procureur.
    • Un kamikaze reste à identifier, le troisième qui était au Bataclan.

    La police turque a interpellé, samedi, un Belge d’origine marocaine de 26 ans, Ahmet Dahmani, soupçonné d’avoir effectué des repérages en vue des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, a confirmé un responsable gouvernemental turc. Deux autres individus, âgés de 23 et 29 ans et de nationalité syrienne, ont par ailleurs été interpellés sur une route des environs, soupçonnés d’avoir été envoyés à Antalya par l’Etat islamique (EI) pour aider Dahmani à passer la frontière syrienne.

    • Le deuil, une semaine après

    <figure class="illustration_haut " style="width: 534px">

     

     </figure>

    Une semaine après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, des hommages aux victimes ont eu lieu hier soir à Paris et dans plusieurs villes de France. A 21 h 20, heure du début des attaques de la semaine précédente. Si certains tentaient de rendre les commémorations festives, le cœur n’était pas à la fête.

    Parallèlement, les proches des personnes tuées commencent à récupérer les corps, avec la délivrance de 112 premiers permis d’inhumer, selon la ministre de la justice, Christiane Taubira, qui a rappelé que les frais d’obsèques seraient entièrement pris en charge par le Fonds de garantie des victimes du terrorisme.

    • L’ONU appelle tous les pays à lutter contre l’EI

    Au niveau international , le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité dans la nuit de vendredi à samedi une résolution française qui permet de « prendre toutes les mesures nécessaires » pour combattre l’organisation Etat islamique (EI), qualifiée de « menace mondiale et sans précédent contre la paix et la sécurité internationales ». La résolution invite tous les pays qui en ont les capacités à se joindre à la lutte contre l’EI en Syrie et en Irak. Le président français, François Hollande, a salué une résolution qui va « contribuer à la mobilisation des nations pour l’élimination de Daech [un acronyme de l’EI en arabe] ».

    Sous l’impulsion française, à Bruxelles vendredi, les ministres de l’intérieur européens se sont mis d’accord pour partager les données sur les passagers aériens via le fichier PNR (fichier des noms de passagers), juguler les trafics d’armes à feu et renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l’Europe. La Commission européenne proposera d’ici à la fin de l’année une révision des règles de Schengen.

    Lire aussi : L’UE veut renforcer les contrôles sur l’entrée et la libre circulation sur son territoire

    </article>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :