• Un nouveau gouvernement pour le Yémen

    Un nouveau gouvernement pour le Yémen

    LEMONDE.FR avec AFP | 07.12.11 | 14h07

    Le gouvernement yéménite d'entente nationale, dirigé par l'opposition en vertu d'un plan de sortie de crise, a été formé mercredi, a annoncé le premier ministre désigné, Mohamed Basindawa. Sa composition sera annoncée en soirée. Selon M. Basindawa, "il y a eu un accord sur les noms" des titulaires des différents portefeuilles que se partagent à parité l'opposition et le Congrès populaire général (CPG), actuellement au pouvoir.

    Mohamed Basindawa, le chef de l'opposition, avait été chargé le 27 novembre par décret de former un gouvernement d'entente nationale pour la période intérimaire précédant le départ du président Ali Abdallah Saleh, prévu en février selon un accord conclu le 23 novembre à Riyad.

    L'opposition a obtenu notamment les ministères de l'intérieur, des finances, du plan et de la coopération internationale, de l'information, et des droits de l'homme, avait indiqué son porte-parole, Mohamed Qahtane, la semaine dernière. Pour sa part, le CPG, le parti de M. Saleh, gardera entre autres les ministères de la défense, des affaires étrangères, du pétrole, des télécommunications, et du service civil.

    PÉRIODE INTÉRIMAIRE

    Le nouveau gouvernement devra prêter serment devant le vice-président Abd Rabbo Mansour Hadi, en charge de la période intérimaire. Conformément à cet accord, M. Hadi a également convoqué une élection présidentielle anticipée pour le 21 février 2012, à l'expiration de la période de transition.

    M. Hadi, un homme de consensus, sera le seul candidat, et son mandat de deux ans servira notamment à élaborer une Constitution et à préparer des élections présidentielle et législatives pour le Yémen de l'après-Saleh. Il a également formé une commission militaire de 14 membres qui, sous sa présidence, a pour mission de restructurer les forces de sécurité, contrôlées en partie par des proches du président Saleh, et de retirer les armes des rues, selon l'accord de Riyad.

    Elaboré par les monarchies du Golfe, cet accord prévoit le départ de M. Saleh, 69 ans dont trente-trois au pouvoir, dans un délai de quatre-vingt-dix jours en échange de l'immunité pour lui-même et ses proches.

     

    Les faits Yémen : plusieurs morts dans une fusillade lors d'une manifestation de l'opposition


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :