• Un site internet allemand visé par une enquête pour trahison

    Un site internet allemand visé par une enquête pour trahison

    Le Monde.fr | <time datetime="2015-07-30T23:02:59+02:00" itemprop="datePublished">30.07.2015 à 23h02</time> • Mis à jour le <time datetime="2015-07-30T23:38:58+02:00" itemprop="dateModified">30.07.2015 à 23h38lien </time>

    Partager google + linkedin pinterest

    C’est la première fois depuis plus de cinquante ans que des journalistes risquent d’être poursuivis pour trahison en Allemagne. La justice allemande a ouvert, jeudi 30 juillet, une enquête pour trahison visant le site d’information sur Internet Netzpolitik.org, soupçonné d’avoir publié des informations confidentielles sur les activités de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV), les services de renseignement intérieurs.

    Cette enquête fait suite à une plainte du BfV après des articles publiés sur le site internet le 25 février et le 15 avril et s’appuyant sur des fuites d’informations confidentielles. Selon le groupe de radiotélévision public ARD, Netzpolitik.org a publié un article qui affirme que le BfV voulait des fonds supplémentaires pour renforcer sa surveillance d’Internet et créer une unité spéciale chargée de contrôler les réseaux sociaux.

    « Attaque contre la liberté de la presse »

    Si le gouvernement fédéral justifie ces mesures pour lutter contre le djihadisme sur Internet en traquant les profils Facebook, notamment, le fondateur du site a une tout autre explication. Cité par le quotidien allemand Zeit , il avance que les autorités allemandes souhaiteraient surveiller les articles écrits au sujet de l’aide apportée par l’Allemagne à l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) dans le scandale de surveillance des entreprises et dirigeants européens.

    Lire : Liaisons dangereuses entre services secrets allemands et américains

    « C’est une attaque contre la liberté de la presse. Nous ne nous laisserons pas intimider » , a réagi Andre Meister, journaliste du site et directement visé par l’enquête avec le rédacteur en chef, Markus Beckedahl. Michael Konken, président de l’Association de la presse allemande (DJV), a quant à lui dénoncé « une tentative inacceptable de faire taire deux journalistes critiques ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :