• USA 2016 : après Jeb Bush, au tour de Donald Trump, le milliardaire

    <section id="articleFigure166889"> <article class="teaser sz14">
    <figure class="figure underline">

    USA 2016 : après Jeb Bush,

    au tour de Donald Trump,

    le milliardaire

    Edité par
    le 16 juin 2015 à 17h43 , mis à jour le 16 juin 2015 à 17h46. lien

    Donald Trump, le 16/5/15

    <figcaption class="degrade-une"></figcaption></figure>

    Donald Trump, le 16/5/15 / Crédits : SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

    </article> </section>
    <section class="social-horizontal" id="player-social-bar171916">

    Partager l'article

     
    </section>
    <section class="grid-200 fleft" id="content-list-left"> <section class="ombre1" id="sct166896">
    À lire aussi
    <article class="teaser sz14"><figure class="figure "></figure>

    Des Kennedy aux Bush : le Top 5 des dynasties politiques américaines

    </article><article class="teaser sz14"><figure class="figure "></figure>

    USA 2016 : Jeb Bush, ou comment faire oublier le père et le frère

    </article><article class="teaser sz14"><figure class="figure "></figure>

    Etats-Unis : si Hillary Clinton gagne, Bill parlera sans se faire payer

    </article></section><aside class="sz12 tag c1 aside166896 ombre1"></aside>
    </section> Amériques Le milliardaire a officiellement annoncé ce mardi qu'il était candidat à l'investiture du parti républicain. Il est le 12e sur la liste.
    Et un de plus : à sept mois du premier scrutin, qui aura lieu début janvier dans l'Iowa, les candidats à la primaire du parti républicain continuent de sortir du bois. Ils sont maintenant douze.


    Après Jeb Bush lundi, c'est Donald Trump, 69 ans depuis dimanche, qui s'est officiellement lancé dans la course à l'investiture pour la Maison-Blanche ce mardi. ""Nous allons rendre à notre pays sa grandeur", a-t-il déclaré lors d'un rassemblement à New York, pendant lequel il a vertement critiqué les dirigeants américains, "tous stupides" et contrôlés, selon lui, par "les lobbies et les intérêts spéciaux". "Notre pays a de vrais problèmes. Nos ennemis deviennent plus forts, et nous devenons plus faibles", a-t-il ajouté.
     
    Facilité de financement


    Le milliardaire -selon le magazine Forbes, sa fortune est estimée à 4 milliards de dollars-, dont l'empire est essentiellement constitué de biens immobiliers prestigieux, avait déjà pensé à se présenter par le passé, notamment pour 2012. A chaque fois, il s'était ravisé.

    Son compte en banque lui permettra de ne pas être à court d'argent pendant la pré-campagne et le début des primaires, ce qui pourrait en revanche être le cas de plusieurs autres prétendants républicains.

     

    ARCHIVES VIDEO. En 2011, Obama se moquait de Donald Trump


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :