• USA- San Bernardino : Le couple de tireurs est mort l'arme au poing

    Le couple de tireurs est mort l'arme au poing

    Etats-Unis

    Le couple qui a tué au moins 14 personnes dans un repas de fin d'année de collègues est mort dans une fusillade en pleine rue avec la police.

    Par Lematin.ch. Mis à jour il y a 27 minutes   lien

    La police cherchant les suspects.

    La police cherchant les suspects.
    Image: Dukas

    Masques noirs et habits d'équipes d'intervention, le couple était entré bardé d'armes à feu hier matin à 11h dans une fête de Noël d'employés du Département de la santé publique, tuant 14 personnes et faisant 17 blessés.

    Quatre heures plus tard, après une course-poursuite dans leur 4x4 noir dans la ville voisine de Redlands et des échanges de coups de feu en pleine rue devant des habitants terrorisés, le couple est mort sous les balles de la police. On ignore pour l'instant ce qui s'est passé entre les deux événements. Le couple était-il simplement rentré à la maison comme si de rien n'était? Ou son véhicule a-t-il été suivi depuis la scène de la fusillade?

    Evacuation du centre pour personnes handicapées:


    San Bernardino : la vidéo de l'évacuation du... par LePoint

     

    Altercation avec un collègue?

    Que s'est-il passé dans la tête de Syed Rizwan Farook et de son amie? La police n'a pas encore tous les détails sur l'affaire et la crainte d'un acte «terroriste» l'a rend extrêmement prudente. Selon le chef de la police de San Bernardino, Jarrod Burguan, le suspect, employé du Département de la santé depuis cinq ans, aurait quitté la fête «sous le coup de la colère». Selon une source fédérale citée par le «LA Times», il y aurait eu «une altercation» mais les enquêteurs estiment pour l'heure que la chose n'est pas claire.

    Les collègues de Farook décrivent un employé calme et poli et affirment qu'il n'avait aucun conflit. Ce spécialiste d'environnement de 28 ans s'était récemment rendu en Arabie saoudite et était revenu avec son amie, rencontrée sur internet. Le couple avait un enfant et semblait «vivre le rêve américain», affirme Patrick Baccari, qui partageait le bureau de Farook. Lui et un autre collègue expliquent que le tireur ne lançait jamais une conversation. Mais ce grand jeune homme fin était apprécié et passait beaucoup de temps sur le terrain.

    «S'agit-il d'un acte terroriste? Nous ne le savons pas», explique David Bowdich, assistant directeur du bureau FBI de Los Angeles. La fusillade, la plus meurtrière depuis celle de l'école primaire de Sandy Hook en 2012, pourrait peut-être permettre enfin un changement politique aux Etats-Unis, le sentiment de dégoût n'ayant jamais été si fort semble-t-il dans le public américain. (Le Matin)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :