• Vladimir Poutine reçoit le « prix Nobel » de la paix chinois

    15 novembre 2011

    PAIX SUR LA TERRE – Vladimir Poutine reçoit le « prix Nobel » de la paix chinois

    Deux poupées représentant le président russe, Dmitri Medvedev, et le premier ministre, Vladimir Poutine. AFP PHOTO / NATALIA KOLESNIKOVA

    Nous l'avions pressenti sur ce blog en septembre, lorsque nous annoncions la liste des personnalités sélectionnées cette année par le jury du "prix de la paix Confucius", une contrefaçon chinoise du Nobel de la paix. Ce prix a bien été attribué à Vladimir Poutine, mardi 15 novembre.

    Le jury, composé d'universitaires chinois, a salué les "remarquables actions [du premier ministre russe] cette année pour préserver la paix dans le monde", et notamment son opposition au "bombardement de la Libye par l'OTAN".

    Dans cette compétition, M. Poutine affrontait notamment la chancelière allemande, Angela Merkel. Critique régulière de la Chine en matière de droits de l'homme, cette dernière ne semble jamais avoir eu de réelles chances de succès – le jury lui avait enjoint de "prêter plus d'attention aux valeurs orientales".

    Le prix aurait pu également être pendu à la robe monastique du panchen-lama soutenu par la Chine, Gyaincain Norbu – il s'agit du deuxième plus haut titre dans le bouddhisme tibétain, après le dalaï-lama. Son rival, Gedhun Choekyi Nyima, le panchen-lama choisi par le dalaï-lama, a disparu après avoir été arrêté par la Chine en 1995.

    Le président sud-africain, Jacob Zuma, le philanthrope Bill Gates, l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan, et l'inventeur chinois du riz synthétique, également cités, n'ont pas mieux rivalisé avec M. Poutine, qui a emporté le prix Confucius par neuf voix sur seize.

    Le premier de ces prix avait été attribué l'an dernier à l'ancien vice-président taïwanais Lien Chan, par une association chinoise jusqu'alors inconnue, à la veille de la remise à Oslo du Nobel de la paix au dissident chinois emprisonné Liu Xiaobo, bête noire du pouvoir en Chine. Le comité Nobel norvégien avait qualifié l'initiative de "pathétique". Le lauréat avait négligé d'aller chercher son trophée.

    Selon l'un des jurés, M. Qiao, un poète, l'ambassade de Russie en Chine a été informée de l'attribution du prix mais elle ne s'est pas encore prononcée. Il doit être remis à Pékin le 9 décembre, à la veille de la remise à Oslo du Nobel de la paix, attribué aux Libériennes Ellen Johnson Sirleaf et Leymah Gbowee, ainsi qu'à la Yéménite Tawakkul Karman.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :