• La lettre Q


    lien
    Quantitatif, qualitatif
    Mais égrillard, concupiscent
    Quoique finalement à l’esprit me revint
    Presque immédiatement
    Un passage des trois mousquetaires
    Ou un quelconque pieux valet rêvait de la pourpre cardinalice
    Et presque naturellement
    Cette inattendue évocation littéraire et historique
    Déclencha dans mon esprit, une étrange farandole
    Commençant à Quintus tullius cicéro
    Aussitôt chassé par le << Tu quoque filli >> de César
    Lui-même balayé par le chevaleresque et épique moyen-âge,
    Emporté au loin par le souffle des vents gonflant les voiles
    Des caravelles parties en explorations, conquêtes maritimes
    Et découverte des Amériques, Charles Quint,
    Les iles britanniques et l’empire patiemment constitué
    La conquête de l’ouest de Buffalo Bill et du pony express
    Pour s’écraser aux pieds de la reine Pédauque
    Et y mourir dans un petit matin glauque.
    Décidemment ce q est bien surprenant,
    Historique, conquérant, héroïque,
    Hélas hérétique pourvoyeur de bûchers
    Mis en équations par les plus grands savants
    Mais aussi instrument cynique de nos plus bas instincts.
    Décidemment étrange, quelque soit sa consistance
    Contemplons-le de loin et laissons-le en paix….


    8 commentaires
  • C'est la rentrée

    lien

    Quand nous étions enfants, Domi

    Elle arrivait avec Septembre, en catimini,

    Portée par les vents mauvais, balayant le Midi.

    Aujourd’hui nous avons grandi, pour nous plus de jeudi,

    Mais il nous reste Domi et son site si bien nanti,

    Elle revient avec Septembre, et se recrée l’alchimie,

    Nous voilà à nouveau réunis, par la plume et par l’esprit

    Partageant nos humbles oboles : nos créations et écrits…

    Chacun attentif à l’Autre, prenant soin de lui et de ses soucis

    Le soutenant avec constance, malgré les avanies….

    Pour tout cela et plus encore : Merci Domi !


    votre commentaire
  • 28 ans de Mariage.....

     

    C     et amour qui perdure à travers les années

    H      armonie par moment, à d’autres tempêtes déchainées

    A      ccroché dans nos cœurs comme un aiguillon planté

    R      oulé par le destin, parfois fourbu et déchiré,

    L      ’ombre de lui-même.  Et pourtant, tout à coup,  fièrement il renaît

    E      nvers et contre tout, il refait son entrée à grand renfort d'effets...

    S       ans prévenir, le voilà qui s’emballe,  brille de milles feux et de tous ses attraits

     

    E     mbellit notre vie, nos corps et nos visages, fait de l’or de nos larmes séchées,

    T     ransforme le quotidien, tout redevient une fête, les couleurs ont changé…

     

    M    algré le temps qui passe, il revient doucement dans un chassé-croisé

    A     mants, amour, alliance, fantasme, délire de nos sens ravivés

    R     etour des minauderies oubliées, on fusionne avec l’Autre, enlacés,

    Y    eux dans les Yeux, que tue le quotidien, qui dans son coin veillait

    L    e retour des disputes, des mots vilains lancés et des cœurs déchirés

    I     l est déjà fini le temps de l’embellie, bien courte la fête espérée

    S    avourons chaque jour, comme un fruit qu’on déguste, à petites bouchées

    E    t sauvegardons ces moments si précieux où deux âmes sont liées….

    Marialis


    votre commentaire
  • Une vague légère….

    http://distilleryimage7.ak.instagram.com/d75c574c01b511e3ae2622000a1fb7e1_7.jpg

    lien

     

    Une vague légère sur mon corps si pataud

    La chaleur d’un soleil que j’avais oubliée

    Et la fraîcheur de l’onde réveille mon envie, aussitôt,

    Tout à coup, je m’élance et me voilà nageant, moi, la miraculée,

    Profitant pleinement, de cette eau, mon alliée bienfaisante

    Sur le dos, en crawlant, toute en rythme et contente,

    Le lieu est magnifique, au loin la longue côte du «  Cap Creu »

    Autour, de jolies sternes chassent, plongent dans la vague

    Flèches bien rôdées, élégantes, redoutables, efficaces

    Et me voilà flottant dans ce balai étrange avec audace,

    La mer est vivifiante : Ce corps, mon allié en souffrance,

    Travaille sans broncher, retrouve les sensations de l’enfance

    Et revenant de loin, à Gruissan, soudain jailli  l’espoir !

     

    Marialis


    votre commentaire
  •  

     L’infidèle version corrigée

    lien

     

    A cet instant précis, la joie qui illumine ton visage,

    Me transperce le cœur, fait couler mon maquillage.

    Je le savais pourtant, dans tes gestes journaliers,

    Tes infinis sourires comblés et tes mots si distraits :

    Tout me laissait penser, qu’une autre t’enlevait.

    Et voilà le moment venu, il faut se séparer,

    Tous ces jours, toutes ces nuits ne me sont plus comptées

    L’autre a tissé sa toile et tu es englué.

    Rien ne sert de se battre, l’oiseau est libéré,

    Et moi je reste seule avec tous mes regrets.

    Une scène, des cris m’auraient moins humiliée,

    Ce silence poli, tes mots de pitié, et le bruit la porte refermée…

    Tu t’en vas, tu cours vers des matins qui chantent et moi je reste là,

    Détruite, crucifiée, gardant pourtant tête haute et chapeau bien bas

    Me disant qu’un jour , peut-être,  bientôt, mon tour reviendra.

    Le matin sera tiède, à nouveau plein de milles senteurs

    Et mon cœur aimera, sans réserve et sans peur….


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique